Drogba a-t-il oublié son mentor ?

Michel Goba ne parvient plus à entrer en communication avec son neveu Didier Drogba. L’ancien Brestois, qui a pris le joueur de l'Impact Montréal sous son aile au moment de son arrivée en France, vit mal cette situation et a tenu à l’exprimer.


De notre correspondant à Abidjan

Quand tu ne donnes pas de signe de vie cela me peine. Fais signe mon Didier“, tel est le cri du cœur lancé par Michel Goba en direction de Didier Drogba sur sa page Facebook. Tout porte ainsi à croire que les relations entre l’ex-attaquant de l’USL Dunkerque et son neveu sont loin d’être au beau fixe.

C’est peu dire au regard du canal utilisé pour faire passer son message dans lequel il prend soin de rappeler qu’il n’est pas étranger à la gloire de l’ancien capitaine emblématique des Eléphants de Côte d’Ivoire. “Tu étais tout petit, je t’adorais parce que je n'avais pas d'enfant quand je t'ai fait venir (en France, ndlr). Maintenant tu es grand et je t'admire toujours“, a-t-il rappelé avant de signifier : “Je suis unique comme tonton“.

En plus d’avoir surpris plus d’un, cette sortie de Michel Goba a reçu un accueil mitigé de la part des fans. Dans leur grande majorité, ces internautes pensent que l’ex-international ivoirien aurait dû faire l’économie d’une telle publication et régler l’affaire en famille. Par ailleurs, ils l’invitent à faire preuve de patience et de mansuétude envers l'ancien de Chelsea, compte tenu de son statut de star mondiale et de son nouveau challenge qu’il s’évertue à relever.

Le plus rassurant dans cette histoire est que Michel Goba manifeste un grand amour pour son fils et son vœu le plus cher est de le voir continuer à briller et se maintenir au sommet. “Je te kif toujours, que Dieu te bénisse fils. Marque plus de buts pour nous faire rêver encore“, a-t-il souhaité dans sa péroraison.

Comme s’il avait entendu, Didier Drogba a inscrit son 4e but en MLS ce week-end et délivré une passe décisive. Son équipe, l’Impact de Montréal s’est imposée face à New England sur le score de 3 à 0.

Avatar photo
Pierre Kouamé