24 heures après la «finale de la honte» en Ligue des champions africaine entre l’Espérance Tunis et le Wydad Casablanca (1-1, 1-0), la polémique bat son plein. Suite à l’annonce du WAC qui a exprimé sa volonté de saisir la FIFA et le TAS, la Fédération marocaine (FRMF) a organisé ce samedi un comité directeur en présence des dirigeants du Wydad et des joueurs Abdellatif Noussair et Reda Tagnaouti.

Après avoir écouté la version du WAC, la FRMF a annoncé à travers un communiqué qu’elle prend deux décisions. D’une part, «confier à des spécialistes la préparation d’un dossier commun FRMF-WAC qui sera soumis aux instances continentales et internationales pour défendre les droits du WAC». D’autre part, «accorder au président de la FRMF, M. Fouzi Lekjaa plein pouvoir pour défendre le dossier du WAC lors du comité exécutif d’urgence de la Confédération Africaine de Football prévu le mardi 4 juin 2019 à Paris.» Également 3e vice-président de la CAF, Lekjaa va devoir ménager la chèvre et le chou…

Lors de ce comité, la CAF va se pencher sur les événements qui ont fait sombrer cette rencontre dans le ridicule avec notamment la panne de la VAR. Côté marocain, on espère obtenir le droit de rejouer le match.