Maroc : ces binationales qui jouent en France

La sélection française et les Lionnes de l'Atlas du Maroc ont toutes deux réussi à se sortir de leur groupe respectif lors de cette Coupe du monde féminine 2023. Elles s'affronteront en huitièmes de finale ce mardi.

Même s'il ne s'agit que de leur première apparition dans une Coupe du monde, l'exploit des Lionnes de l'Atlas est déjà remarquable. Pour les six joueuses marocaines qui jouent en France (Ines Arouaissa à Cannes, Nesryne El Chad à Lille, Sarah Kassi à Fleury, Anissa Lahmari à Guingamp, Salma Amani à Metz, et Kenza Chapelle à Nantes), ce 8e de finale revêtira inévitablement une importance particulière. Dressons le portrait de chacune d'entre elles, dont le choix de représenter le Maroc au lieu de la France, où elles jouent et vivent actuellement, témoigne de leur profond attachement à leurs racines culturelles et familiales.

Ines Arouaissa (Cannes)

Inès Arouaissa, 22 ans, évolue au poste de gardienne de but à l'AS Cannes. Elle est née à Dijon mais a passé son enfance à jouer au football dans les clubs de la région marseillaise (ES Milloise, Pays d'Aix, FC Rousset Sainte-Victoire Omnisports) avant de rejoindre l'Olympique de Marseille à l'âge de 15 ans. Après plusieurs saisons à l'OM, elle rejoint l'AS Cannes en 2022, où elle a aidé l'équipe à remporter le championnat régional la saison dernière et ainsi à accéder à la D3 nationale. Bien qu'elle ait passé toute sa carrière dans l'Hexagone, Inès n'a jamais représenté l'équipe de France. Elle a honoré sa première sélection avec le Maroc (la seule pour le moment) en juin 2021 à Rabat contre le Mali en match amical (3-2).

Nesryne El Chad (Lille)

De parents originaires de Meknès, Nesryne El Chad, jeune défenseure de 20 ans, a passé la majeure partie de sa carrière en France. Après avoir débuté dans le club de sa ville de naissance, l'AS Saint-Étienne (D1), elle intègre le LOSC (D2) en 2022 où elle marque son premier but en professionnel. Elle jouera cette saison en première division avec le club du Nord, qui vient donc d'accéder à l'élite du football français. Sur le plan international, elle a choisi de représenter le Maroc, d'abord en équipe des moins de 20 ans puis en équipe senior. A ce jour, elle compte déjà 20 capes pour 2 buts. Elle n'a jamais représenté la France en jeunes. A noter qu'elle était également de l'aventure à la CAN 2022, bouclée par une place de finaliste à domicile.

Elchad Nesryne, Maroc féminines
© Iconsport

Sarah Kassi (Fleury)

Sarah Kassi, 19 ans, est capable d'évoluer aussi bien au poste de défenseure que de milieu défensive. Née à Nogent-sur-Marne, elle a toujours évolué en France. Après une formation à la VGA Saint-Maur et une ascension au niveau senior (D2) au sein de ce club, elle rejoint le FC Fleury 91 (D1) en 2021. Elle a joué pour les équipes de jeunes de France (-16, -17 et -19 ans) entre 2019 et 2022 avant de choisir à partir de cette année de représenter le Maroc à l'échelle internationale. Elle compte aujourd'hui 5 capes avec les Lionnes de l'Atlas.

Anissa Lahmari (Guingamp)

Agée de 26 ans, Anissa Lahmari (4 capes, 1 but) est née en France d'un père algérien et d'une mère marocaine. Milieue de terrain, elle a été formée au Paris-Saint-Germain et évolue aujourd'hui à Guingamp (Division 1). Elle avait choisie de jouer avec les Bleuettes des U16 aux U23. Elle a été nommée meilleure joueuse lors du dernier match de groupe des Lionnes de l'Atlas contre la Colombie (1-0), où elle a marqué l'unique but. Ce but décisif et historique a permis au Maroc de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde féminine. Mais avant cet exploit, Lahmari avait choisi de représenter la sélection algérienne (1 cape) il y a quelques mois seulement. Ce changement de nationalité sportive a bien sûr suscité des controverses, compte tenu de la rivalité sportive entre les deux nations.

Salma Amani (Metz)

Salma Amani, 33 ans, est née à Rabat. Mais sa famille a quitté la capitale marocaine alors qu'elle n'avait que 8 mois pour s'installer à Brest. Milieu de terrain très expérimentée (34 capes et 7 buts depuis 2012), elle a effectué toute sa carrière dans l'Hexagone. Elle a notamment longtemps évolué dans les rangs de l'EA Guingamp (122 matchs, 37 buts) mais défend désormais les couleurs du FC Metz, dans l'antichambre de l'élite française. Avant de représenter les Lionnes de l'Atlas, elle avait disputé entre 2004 et 2005 quelques rencontres (3 au total) avec l'équipe de France des moins de 17 ans.

Kenza Chapelle (Nantes)

Kenza Chapelle, 20 ans et une seule cape au compteur, est née à Montreuil et a toujours évolué en France. Capable de jouer aussi bien milieu offensive qu'attaquante, elle était cette saison prêtée au FC Nantes (Division 2). Après la Coupe du monde, elle devrait retourner dans son club de Fleury, en première division. A noter qu'elle a longtemps représenté l'équipe de France en jeunes avant d'opter pour le Maroc. Elle compte ainsi 19 capes avec les les Tricolores entre les U16 et les U20. Ce n'est que depuis cette année qu'elle représente les Lionnes à l'international.

Et aussi : Sabah Seghir (Naples) et Élodie Nakkach (Servette Genève), nées en France mais qui jouent à l'étranger.

Maroc : ces binationales qui jouent en France
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.