Sofiane Boufal,, Maroc

Eliminé par l’équipe de France (0-2) ce mercredi en demi-finales de la Coupe du monde 2022, le Maroc pourra avoir des regrets. Et des motifs de frustration ? A 1-0 en faveur des Bleus, à la 27e minute, les Lions de l’Atlas auraient pu (et dû ?) bénéficier d’un penalty ! Sur un contact avec Theo Hernandez à l’entrée de la surface française, Sofiane Boufal a en effet été sanctionné d’un carton jaune pour une supposée semelle. Au ralenti pourtant, c’est surtout le latéral gauche tricolore qui semble faucher l’ailier d’Angers, plutôt victime sur cette action…

Si l’utilisation de la VAR ne prévoit pas de vérification pour une éventuelle annulation d’un carton jaune, en revanche la vérification d’une situation de penalty potentiel fait partie des ses attributions et il est étonnant que l’assistance vidéo n’ait pas alerté l’arbitre César Arturo Ramos. Cette situation interpelle l’ex-international anglais Rio Ferdinand. «Il récupère le ballon, mais ensuite il attrape les jambes. Partout ailleurs sur le terrain, c'est une faute… alors pourquoi n'a-t-il pas donné de penalty ? En tout cas, il (Boufal) ne mérite certainement pas le jaune», a tranché l’ancienne gloire de Manchester United sur les ondes de la BBC.

«On en a vraiment pas du tout parlé (de cette action, ndlr). Pour moi, je pense qu’il y a penalty pour Boufal. Donc, là tu es à 1-0, imaginons si y’a la VAR qui revient, etc., si le Maroc égalise, tu ne sais pas où tu vas après», a abondé l’ex-international français Johan Micoud sur La Chaîne L’Equipe. Du point de vue du règlement, certes Hernandez semblait maître du ballon (et encore…) mais il le jouait avec son pied gauche, alors que le contact avec Boufal a lieu avec son pied droit…

Frustrant, d'autant que les Lions de l'Atlas pourront aussi déplorer un ceinturage dans la surface d’Aurélien Tchouaméni sur Selim Amallah non sanctionné quelques minutes plus tard. Alors, bien sûr, l’arbitre s’est montré clément au retour des vestiaires sur les deux gros tacles non sanctionnés de Sofyan Amrabat et d’Achraf Dari sur Kylian Mbappé, mais il s’agissait peut-être d’une forme de compensation dont les Marocains se seraient bien passés…