Limogé de son poste de sélectionneur de la Guinée après la CAN 2019, Paul Put doit toutefois encore rendre des comptes au comité éthique de la Fédération guinéenne (Feguifoot). L’instance le tient pour principal suspect dans l’affaire du racket des primes des membres du staff durant la compétition. Seulement, le technicien belge ne daigne pour l’instant pas honorer ses convocations devant l’instance. Après avoir mis en avant des problèmes de santé dans un premier temps, le technicien prétexte désormais des motifs de sécurité.

«Il a invoqué des raisons de sécurité. Nous avons transmis cela au Comité exécutif de la Féguifoot pour que sa sécurité soit assurée pour qu’il puisse venir sereinement s’expliquer devant notre commission. Nous avons bon espoir que le lundi prochain, il répondra à notre sollicitation», a expliqué le président de la commission, Amadou Tham Camara, dans des propos relayés par le site Guineenews.org.

Pour rappel, l’instance a provisoirement interdit à Paul Put d’exercer toute activité liée au football au niveau national et international jusqu’à sa comparution.