Le président de la Fédération guinéenne (Feguifoot), Antonio Souaré, l’avait promis, des têtes allaient tomber à l’issue de la réunion programmée ce lundi entre l’instance et le ministère des Sports guinéens, et le dirigeant a tenu parole. Sans surprise, le sélectionneur du Syli National, Paul Put, a été démis de ses fonctions avec son staff technique. Cette décision a été justifiée à la fois par l’insuffisance de résultats avec l’élimination en 8es de finale de la CAN 2019 (défaite 3-0 contre l’Algérie) mais aussi en raison de l’affaire de racket des primes des membres du staff dans laquelle le nom du technicien a circulé.

«L’objectif n’a pas été atteint et les conséquences sont graves. Chacun doit prendre ses responsabilités. Lors de mon point de presse au Caire, j’ai évoqué des manquements graves. C’est un contrat d’objectifs (…). A des moments précis de la vie, on doit mettre les sentiments de côté si l’on veut avancer. Ça n’a pas été facile. Mais c’est dans les défaites comme ça que nous sortirons de grandes victoires», a déclaré M. Souaré dans des propos rapportés par le site Visionguinée.info, avant de charger le Belge.

Un départ sous tensions

«Il n’y a donc pas de satisfaction. Tout ce qui a fait jusqu’aujourd’hui mérite une rupture de contrat. Nous avons décidé de nous débarrasser du coach et de le remplacer. Le coach est remercié. Nous allons discuter avec lui des conditions de son départ. La Féguifoot a mis fin à la collaboration avec Paul Put», a-t-il insisté. Dans un communiqué publié dans la foulée, l’instance déplore un «climat de méfiance crée et entretenu par le coach entre les joueurs et le staff technique.»

Nommé en mars 2018, Paul Put s’en va sur un bilan négatif de 5 défaites, 4 matchs nuls et 3 victoires, sans jamais avoir donné l’impression que le Syli National a progressé sous ses ordres, même s’il participé au retour de la Guinée à la CAN en dirigeant la sélection lors de 5 des 6 journées des éliminatoires (2 victoires, 3 nuls). Rappelons que les Guinéens n’avaient ensuite dû leur qualification pour les 8es de finale de la CAN qu’à leur présence parmi les 4 meilleurs 3es des six groupes. A noter que le technicien se défend des accusations qui le ciblent dans l’affaire de racket, lui qui s’estime victime d’un complot visant à justifier son éviction. En attendant, c’est sans lui que s’écrira l’avenir du Syli National.

Le communiqué officiel de la Fédération guinéenne

Aucune description de photo disponible.