Double tenant du titre, l’Espérance Tunis a été éliminée dès les quarts de finale de la Ligue des champions africaine par le Zamalek ce vendredi malgré sa victoire (1-3, 1-0).

Coup de tonnerre ce vendredi à Radès ! Double tenant du titre, l’Espérance Tunis a été éliminée dès les quarts de finale de la Ligue des champions africaine malgré sa victoire 1-0 face au Zamalek. Les Sang et Or paient leur défaite 3-1 à l’aller ainsi que les incidents qui avaient suivi et qui ont débouché sur les suspensions de l’entraîneur Mouine Chaabani et de son adjoint Majdi Traoui et des joueurs Khalil Chammam, Abderraouf Benguit et Mohamed Ali Ben Romdhane.

Même amputés de ces éléments, les Tunisiens enflammaient le début de match grâce à un pressing haut qui mettait d’entrée les visiteurs en difficulté. A peine quelques minutes de jeu qu’Alaa contrait de la main un centre de Ouattara, provoquant un penalty logique, transformé par l’Algérien Billel Bensaha (1-0, 5e). Complètement baladés, les hommes de Patrice Carteron ne voyaient pas le jour face à une Espérance qui n’était plus qu’à un but de la qualification !

Gabal décisif face à Elhouni

Les occasions se faisaient toutefois rares dans cette rencontre plutôt brouillonne et hachée et la domination de l’EST devenait de plus en plus stérile face à des Egyptiens qui repoussaient sereinement les assauts. Au retour des vestiaires, la première situation était même en faveur des Chevaliers Blanc sur un contre, mais Ben Cherifia repoussait le tir d’Obama sans trop de difficultés.

Les locaux répliquaient sur une énorme occasion d’Elhouni. Le Libyen réalisait un festival côté gauche mais il se heurtait à la main ferme de Gabal qui plongeait pour fermer superbement l’angle au ras du poteau. Un arrêt déterminant ! Dans la foulée, l’entrant Ben Hammouda mettait à son tour le feu dans la défense adverse mais son tir filait au-dessus. Malgré ces deux occasions, les Tunisiens ne parvenaient pas à emballer le match pour inscrire ce deuxième but qui aurait tout changé…

Cette élimination va faire du bruit et la politique sportive de l’EST, qui s’est séparée de plusieurs cadres comme Belaïli et Badri ces derniers mois, risque de faire l’objet de nombreuses critiques… Après avoir remporté la Supercoupe de la CAF face au même adversaire le mois dernier, le Zamalek confirme quant à lui son retour au premier plan et s’empare du premier billet pour les demi-finales.

Le résumé vidéo

Les compos

Les stats