Maroc, Ziyech

«Les individus qui ne respectent pas l’équipe nationale doivent comprendre qu’aucun joueur ne peut être au-dessus des intérêts de l’équipe nationale.» Ces propos sont signés Vahid Halilhodzic, sélectionneur du Maroc à l’époque, et remontent seulement au mois d’avril. Dans son viseur évidemment : Hakim Ziyech. Banni en sélection pendant plus d’un an suite à un problème de comportement puis refusant de revenir tant que le technicien franco-bosnien serait en poste, le milieu offensif de Chelsea a finalement effectué son grand retour en septembre suite à la nomination de Walid Regragui sur le banc des Lions de l’Atlas. Et, depuis le coup d’envoi de la Coupe du monde 2022, le Blue affiche un visage complètement transfiguré !

Alors qu’on pouvait légitiment avoir des doutes sur son état physique au vu de son temps de jeu très limité en club (271 minutes jouées toutes compétitions confondues sur la première partie de saison), le natif de Dronten fait plaisir à voir au Qatar ! Il y a bien sûr ses qualités techniques, à l’image de ses transversales millimétrées pour Sofiane Boufal sur l’autre aile, et surtout de ce log somptueux inscrit face au Canada (2-1). Mais au-delà de l’aspect purement créatif et technique, Ziyech se dépouille pour ses coéquipiers et se bat comme jamais dans le repli défensif pour épauler Achraf Hakimi dans le couloir droit. La preuve, avant la demi-finale contre la France ce mercredi, le Marocain est le milieu qui a disputé le plus de duels dans ce Mondial (61) !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Hakim Ziyech (@hziyech)

On est bien loin de l’image de joueur nonchalant qui a collé à l’ancien magicien de l’Ajax Amsterdam tout au long de sa carrière. «Il a un volume de jeu phénoménal… quand il veut», titille ainsi son ex-sélectionneur Hervé Renard ce mercredi dans les colonnes de L’Equipe. S’il a prouvé qu’il est capable de se mettre au service du collectif et de se sacrifier sur un tournoi de ce genre, l’enjeu pour Ziyech sera évidemment de confirmer sur la durée…