Frank Leboeuf

«Je pense que c'est difficile pour les gens qui nous regardent de placer le Maroc sur une carte. C'est un petit pays, un pays pauvre où beaucoup de gens souffrent.» Consultant pour le média américain ESPN, le champion du monde 1998 Frank Leboeuf a fait polémique dimanche en prononçant ces propos suite à la victoire surprise du Maroc contre la Belgique (2-0) dans le groupe F de la Coupe du monde 2022.

Logiquement, ces mots ont été mal vécus et jugés dévalorisants par les supporters marocains. Dans ce contexte, l’ex-international français, victime d’insultes et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, a pris la parole et effectué une mise au point dans une vidéo diffusée sur Instagram.

Pas du tout pour dénigrer”

«Si certains se sont sentis insultés parce que j'ai dit que le Maroc était petit, je suis désolé c'est parce que je parlais du football. Si j'ai dit qu'il était pauvre, oui c'est vrai il y a des gens riches, très très riches même. Mais moi, j'ai été au Maroc une dizaine de fois dans ma vie, et je n'ai pas vu des gens hyper riches partout. Je suis désolé si ça vous a choqué mais mes propos n'étaient pas du tout pour dénigrer. Au contraire. C'était mettre en avant l'exploit réalisé par les joueurs marocains», a mis en avant l’ancien défenseur de Chelsea.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Frank Leboeuf (@frank.leboeuf)

«J'ai dit que le Maroc était difficile à mettre sur la carte. Pour les Américains, car c'était une chaîne de télé américaine, il faut savoir que dans certains Etats, on ne sait même pas que Paris est la capitale de la France, on pense que Paris est la capitale de l'Europe. Je dis ça, ce n'est surtout pas pour dénigrer le Maroc que je trouve extraordinaire. Ce que font les joueurs, c'est fantastique. Si j'ai heurté des gens, je veux vraiment m'en excuser. Ce n'est surtout pas du racisme, alors là, n'importe quoi. Ce n’est surtout pas pour dénigrer car encore une fois j'aime ce pays, j'y suis allé plusieurs fois, je trouve qu'il a une culture extraordinaire. Alors amis marocains, excusez-moi si je vous ai heurté. Je ne le ferai plus, ça c'est sûr», a conclu l’homme de 54 ans en plaidant donc l’incompréhension. Fin de la polémique ?