Maroc : la folle histoire du drapeau d’Aboukhlal en finale de la Coupe de France

Samedi au Stade de France, Toulouse a surclassé Nantes pour décrocher son premier sacre en finale de la Coupe de France (5-1). Au milieu de la liesse des Pitchounes, une scène plutôt cocasse filmée par les caméras met en avant l’attaquant du TFC Zakaria Aboukhal.

L’ailier du Téfécé (13 buts, 5 passes décisives en 37 matches TCC) a été surpris en train de se disputer un drapeau du Maroc avec un supporter perché dans les tribunes. Sur les images devenues virales sur la Toile, on peut voir l’international marocain (17 capes, 3 buts) s’arracher énergiquement le tissu avec le jeune homme afin de l'utiliser pour les célébrations. Un moment de courte durée puisque l’ancien de l’AZ Alkmaar gagnera le droit de célébrer avec le symbole marocain dans la foulée. L'attitude du supporter interroge forcément : pourquoi a-t-il eu tant de réticences à céder le drapeau à son célèbre compatriote ? Selon plusieurs spéculations qui cicurclent sur les réseaux sociaux, le fan en question a peut-être tenté de négocier quelque chose en échange du drapeau. Toujours est-il qu'il a fini par céder l'étendard à Aboukhal.

Aboukhal et le Maroc, un mariage parti pour durer

Cette scène surréaliste en dit long sur l’attachement du natif de Rotterdam à ses origines maternelles. En effet, alors qu’il avait le choix entre trois pays (les Pays-Bas, la Libye et le Maroc), le pur produit du centre de formation de Willem II n’a pas hésité avant d’opter pour une carrière internationale avec la sélection coachée par Walid Regragui. « Tout jeune, je disais toujours vouloir jouer une Coupe du monde pour le Maroc. Quand j’ai eu la chance de pouvoir porter le maillot du Maroc, j’ai directement dit oui. Je suis reconnaissant envers les Pays-Bas, mais j’ai toujours su que j’allais un jour jouer pour le Maroc », a confié l’intéressé dans une récente interview accordée à Onze Mondial.

Un choix qui s’est avéré payant, d’autant plus qu'au Qatar fin 2022, il allait connaitre ses premières joies de buteur au Mondial. « C’était vraiment un moment spécial, s’est-il notamment remémoré. C’était un rêve devenu réalité. En plus de ça, la première fois que j’enfile le maillot (à la Coupe du monde, ndlr) , quatre minutes plus tard, je marque. C’était vraiment un moment incroyablement spécial pour moi. »

Maroc : la folle histoire du drapeau d’Aboukhlal en finale de la Coupe de France
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.