Entre Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui, ex-bannis de Vahid Halilhodzic qui ont récemment refusé de revenir, et Abderazak Hamdallah, également en froid avec le technicien, le Maroc dispose de tout un réservoir d’excellents joueurs qui restent sur le carreau. Le président de la Fédération marocaine (FRMF), Fouzi Lekjaa, a promis de faire son maximum pour essayer de résoudre ces cas épineux avant la Coupe du monde 2022.

«Écoutez, moi je considère que Hakim Ziyech et Noussair Mazraoui sont deux joueurs de l'équipe nationale marocaine. Ce sont deux Marocains, qui, quelles que soient les conditions, quelles que soient les circonstances, restent quand même marocains et attachés à leur équipe nationale et à leur patrie», a d’abord rappelé le dirigeant à l’occasion d’un space organisé par Soccer212 mercredi soir sur Twitter. «Ça, c'est le fondamental, maintenant, dans un process qui dure des années par rapport à un groupe de 50 personnes, il y a quand même des malentendus. Il y a des divergences qui émergent. Il faut suivre tout cela et prendre les décisions nécessaires et qui permettent au groupe de l'équipe nationale d'être dans le meilleur postulat possible.»

Lekjaa en contact avec Hamdallah

Le boss du football marocain reste optimiste dans ces dossiers. «Aujourd'hui, personne ne peut nier le niveau d’Hakim Ziyech ou de Mazraoui. Ce sont deux excellents joueurs, ce n’est pas moi qui vais le dire ou le confirmer ou le discuter, ni personne d'ailleurs. Mais, comme j'ai dit, dans un système, dans l'entreprise, dans l'administration, dans la famille, dans la société, un groupe de 50 personnes, quand il vit ensemble pendant des années, il y a toujours des problèmes qui surgissent, il faut les corriger. On va les corriger de la meilleure manière possible et la meilleure manière permettant à Hakim de regagner l'équipe nationale, à Mazraoui de regagner l'équipe nationale et à d'autres parce que l'équipe nationale est un patrimoine de tous les Marocains», a glissé Lekjaa.

Concernant Hamdallah, le dirigeant a déploré «un problème d’overdose d’égo de part et d’autre», sans fermer la porte à un retour de l’attaquant d’Al-Ittihad Jeddah. «Je n'ai jamais reproché à Hamdallah quoi que ce soit et j'ai toujours gardé le contact avec lui, que je considère comme un joueur marocain excellent, qui a du talent. Et, bien sûr, le talent à lui seul ne suffit pas pour l'équipe nationale. Mais le retour de Hamdallah et d’autres, pour avoir la meilleure formule et la meilleure formulation ou le meilleur topo de l'équipe nationale en Coupe du monde, c'est quelque chose sur lequel aujourd'hui on va travailler d'une manière continue», a conclu Lekjaa. De quoi permettre aux supporters des Lions de l’Atlas de rêver du retour des «bannis» pour le Qatar ?