Mehdi Benatia, M’Bark Boussoufa, Karim El Ahmadi, Manuel Da Costa, Khalid Boutaïb… Pour sa première liste en tant que sélectionneur du Maroc, Vahid Halilhodzic n’a pas hésité à se passer de plusieurs éléments qui jouissaient d’un statut de cadres durant le mandat de son prédécesseur, Hervé Renard. Des choix forts donc, même si certains de ces joueurs, dont Benatia et Boutaïb, sont avant tout blessés. Présent jeudi en conférence de presse, le technicien franco-bosnien a assuré n’avoir blacklisté personne.

«Personne ne sera écarté de l’équipe nationale, le mérite demeure la seule condition pour faire partie de la sélection nationale», a affirmé l’ancien entraîneur du FC Nantes avant toutefois de prévenir : «Si un joueur ne joue pas ailleurs (en club, ndlr), il ne peut pas prétendre à jouer en équipe nationale.» Dans ce cadre, le technicien a expliqué qu’il préfère «la liste élargie pour mieux connaître le niveau de chaque joueur et donner à chacun sa chance.»

Interrogé ensuite sur les cas Youssef El Arabi (Olympiakos) et Oussama Idrissi (AZ Alkmaar), absents de sa liste, Halilhodzic a là aussi adressé un message d’ouverture. «Idrissi avait de la concurrence. Je ne peux pas appeler 5 attaquants dans l’axe. Il n’a pas été écarté, ce n’est pas vrai. En octobre, il y aura un rendez-vous avec deux matchs amicaux et je vais peut-être lui donner une chance à lui et à El Arabi.» En attendant, les présents tenteront de convaincre le technicien, en premier lieu lors du match amical programmé ce vendredi face au Burkina Faso à Marrakech (19h GMT, soit 21h en France).

Sur le même sujet : Halilhodzic fait la chasse à la chicha et la PlayStation !