Maroc : racisme, la réaction marquante de Regragui

Opposée ce mardi au Pérou en match amical à Madrid en Espagne, la sélection du Maroc a été confrontée à une affaire de racisme à son hôtel.

En effet, un employé de l’établissement a tenu des propos intolérables sur les réseaux sociaux en postant des photos du repas servi dimanche soir aux demi-finalistes de la Coupe du monde 2022 pour la rupture du jeûne du ramadan. « On leur sert la m*rde du ramadan. Leurs p*tains de croyances de m*rde», a écrit l’individu en question, avant de lancer des insultes. Suite à une plainte de sa direction, il a été arrêté dimanche et encourt des poursuites pour «crime haineux».

Interrogé sur cette affaire lundi en conférence de presse, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, Walid Regragui, a tenu des mots forts et toutefois opté pour la clémence. «Beaucoup de joueurs et le public marocain ont parlé du racisme que nous avons subi. C’est un gamin de 19-20 ans, on ne va pas s’attarder sur ça. Dans notre religion, on nous apprend le pardon et on le pardonne», a exhorté le technicien. «Le meilleur exemple en cette période de ramadan est de le pardonner, et lui comprendra que ce qu’il pense des musulmans n’est pas la réalité. Je n’ai pas plus envie d’en parler.»

Pendant ce temps, le Pérou se bagarre !

L’avant-match s’est décidément révélé agité puisque les Péruviens ont également connu un incident. Lundi, une altercation avec la police espagnole a éclaté au moment de saluer des fans devant l’hôtel de la sélection et le gardien des Incas, Pedro Gallese, suspecté d'avoir frappé l’un des policiers, a passé la nuit en garde à vue avant d’être libéré à l’aube. Tendu…

Maroc : racisme, la réaction marquante de Regragui
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.