Maroc : Tissoudali et l’étrange “farine” de Kinshasa

Tarik Tissoudali a livré au Het Belang Van Limburg une curieuse anecdote en rapport à des présumés rites vaudou, et remontant au barrage aller de la Coupe du Monde 2022 entre la RD Congo et le Maroc .

Mardi dernier, à l’occasion du match de rattrapage de la dernière journée des éliminatoires pour la CAN 2023 face au Liberia (3-0), Tarik Tissoudali a honoré sa 12e cape avec le Maroc. S’il n’a eu droit qu’à un quart d’heure de jeu sur la pelouse du Grand Stade d’Agadir, l’avant-centre de 30 ans espère enchainer de nouvelles apparitions sous le maillot des Lions de l’Atlas.

C’est ce qu’a confié le principal intéressé au quotidien belge néerlandophone Het Belang Van Limburg lors d’une récente interview. Le buteur de La Gantoise (5 réalisations en 17 matches cette saison) en a également profité pour raconter une anecdote entourant le match aller des Marocains contre la RDC, le 25 mars 2022, comptant pour les barrages de la dernière Coupe du monde au Qatar. Un récit lié à de supposées pratiques vaudou.

Tissoudali et la farine vaudou

« Lorsque nous sommes entrés sur le terrain au Congo, nous avons été couverts d'un tas de farine. C'était peut-être une sorte de rituel vaudou ? Je n'en sais rien. Pour être honnête, cela nous a fait un peu peur », a-t-il déclaré. Puis de poursuivre : « Des supporters congolais sont venus se placer devant notre bus et ont enfoncé leur index dans la gorge. C'est une expérience, c'est sûr.”

Néanmoins, c’est l’attaquant et le Maroc qui ont eu le fin mot de l’histoire. Puisque ce dernier a inscrit le but permettant de tenir en échec les Léopards à Kinshasa (1-1), avant de briller quatre jours plus tard à Casablanca par un but et une passe décisive, pour la victoire écrasante 4-1, qualificative pour le Mondial de novembre-décembre 2022. Un rendez-vous planétaire auquel le natif d'Amsterdam n'a finalement pas pris part pour cause de blessure.

Maroc : Tissoudali et l’étrange “farine” de Kinshasa
Prudence Ahanogbe