Zakaria Aboukhlal

La fabuleuse épopée du Maroc, première sélection africaine à atteindre les demi-finales de la Coupe du monde, ne fait pas que des heureux. Une polémique complètement gratuite vient ainsi d’éclater en Allemagne où la chaîne Welt Nachrichten s’est indignée d’une photo postée sur les réseaux sociaux après la victoire face au Portugal (1-0) samedi en quarts de finale. Sur celle-ci, on voit dans le vestiaire les internationaux Ilias Chair, Abdelhamid Sabiri et Zakaria Aboukhlal poser avec le drapeau du Maroc et l’index pointé en l’air.

Suffisant pour que le média titre dans son bandeau «Scandale : trois joueurs du Maroc reproduisent le signe de salutation de l’Etat islamique». Des accusations totalement gratuites puisque ce geste n’est pas l’apanage du groupe terroriste, bien que celui-ci tente de se l'approprier.

«Ce geste existait bien avant l’apparition du groupe Etat islamique. Il renvoie à l’unicité de Dieu, qui est le dogme le plus important de l’islam», indiquait en 2019 pour le site 20 Minutes Thomas Pierret, chercheur au CNRS, à l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam). «C’est un geste, qui avant son utilisation par des éléments islamistes, a place dans un mouvement religieux. Si vous voyez un prêcheur le vendredi faire ce geste, c’est son utilisation classique. (…) En associant de manière systématique ce signe à la communication de leur groupe, il va finir par y être associé par un nombre important de gens. C’est exactement ce que souhaite Daesh.» A tel point que même un média allemand de premier plan est tombé dans le panneau en salissant gratuitement les Lions de l’Atlas…