Annoncé de retour en sélection de Guinée à l’occasion des deux matches éliminatoires à la Coupe du monde 2018 qui vont opposer le Sily à la Namibie, Ibrahima Traoré a coupé court aux rumeurs. Le milieu de terrain de 27 ans a indiqué à Afrik-Foot être encore dans la réflexion.


Fausse joie pour les fans guinéens. Absent de la sélection nationale depuis le mois de février et l’élimination de la Guinée en quart de finale de la CAN 2015, le retour d’Ibrahima Traoré n’est pas encore acté. Alors que des voix font état d’un retour du milieu de terrain du Borussia Mönchengladbach pour le mois de novembre, à l’occasion d’une double confrontation face à la Namibie dans le cadre du 2e tour des éliminatoires au Mondial 2018, l’intéressé a démenti l’information.

Contacté par Afrik-Foot, l’ancien capitaine du Sily a indiqué être encore dans la réflexion, même s’il a confirmé avoir eu le sélectionneur Luis Fernandez au téléphone pour une discussion apaisée. L’imbroglio vient de cet appel, des rumeurs faisant état d’excuses du milieu de terrain. Thèse battue en brèche par l’intéressé qui a précisé n’avoir « jamais appelé le sélectionneur pour lui dire être d’accord pour revenir« .

 Sur le même sujet : « Guinée : Luis Fernandez hausse le ton »

Alors que le nom d’Ibrahima Traoré est déjà annoncé dans la liste des joueurs susceptibles d’être convoqués pour affronter la Namibie, il est acquis que le joueur de 27 ans ne retournera pas en sélection tant que les soucis révélés au grand jour après la CAN en Guinée Equatoriale (primes, conflit entre locaux et binationaux, certaines critiques en interne au sujet de son capitanat), ne seront pas pris à bras le corps afin d’assainir les relations au sein du groupe.

Alors, pourquoi ces rumeurs au sujet de son retour ? L’ancien du Hertha Berlin n’a pour l’heure pas la réponse, même s’il estime que son nom « est utilisé » pour un coup de communication. Car, derrière un retour d’Ibrahima Traoré, pourrait être associé celui d’Abdoul Razzagui Camara, également en retrait du Sily, mais aussi et surtout les venues de Bouna Sarr et Fodé Koita, convoités de longue date par le sélectionneur, mais qui ont jusqu’à présent décliné les sollicitations.

 Sur le même sujet : « La Guinée minée par une fracture entre locaux et binationaux ?«