Désireux de rejoindre l’Europe et plus particulièrement l’AS Saint-Etienne, Mostafa Mohamed se heurte à l’intransigeance de son club, le Zamalek, qui réclame 5 millions d’euros pour son international égyptien, là où la dernière offre de l’ASSE est évaluée à 3,5 M€ (plus 15% à la revente). L’attaquant a pris la parole pour tenter de faire bouger les choses.

«Je demande à la direction du club d’être claire avec mon transfert, car ils ont exigé une offre précise et je l’ai apportée. Ils doivent donc dire leur dernier mot en acceptant l’offre ou en me disant qu’ils ne me libéreront pas. J’ai 23 ans, cette chance de jouer en Europe ne se représentera peut-être plus. (…) Les dirigeants m’ont demandé d’attendre la fin des Jeux Olympiques de Tokyo ! Je suppose que la compétition pourrait être reportée (…). La saison de D1 égyptienne ne sera terminée qu’après les JO, il sera donc difficile pour moi de quitter Zamalek s’ils concourent pour le titre», a mis en avant le Pharaon lors de l’émission OdetLebsMido, avant de démentir avoir séché des entraînements fin décembre.

«Je n’ai manqué qu’un entraînement, à cause de la maladie de ma mère. Je n’ai jamais fait de problèmes avec Zamalek par le passé. Je suis un ‘Zamalekawi’ plus que n’importe qui, mais il n’y a aucune cohérence en interne vis-à-vis de moi», a pesté le buteur. Cette fois, la rupture avec les dirigeants semble bel et bien actée…