Sénégal : la Fédé scelle le sort d’Aliou Cissé

Le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor, s’est exprimé par rapport à l’avenir du sélectionneur Aliou Cissé.

Après l’élimination des Lions, tenants du titre, en huitièmes de finale de la CAN 2023 (1-1, 4 tab à 5 contre le pays hôte la Côte d’Ivoire) lundi dernier, l’avenir d’Aliou Cissé se retrouve au centre des spéculations. Pour autant, le technicien de 47 ans ne fait pas débat à la FSF. Du moins, c’est ce qu’a sous-entendu le président de l’instance, Me Augustin Senghor, vendredi, en marge de la remise de drapeau à l’équipe de Beach Soccer en partance pour la Coupe du monde de la discipline prévue du 15 au 25 février à Dubaï (Émirats arabes unis).

« Il n’y a pas de cas Aliou Cissé »

« Il n’y a pas de cas Aliou Cissé. Il est toujours sous contrat. Laissez-nous évaluer. Pourquoi vous ne parlez pas du cas Me Augustin Senghor, d’Abdoulaye Sow (vice-président de la FSF, ndlr) ou de Kalidou Koulibaly (capitaine des Lions) ? », a rétorqué le patron du football sénégalais à une question sur l’avenir de l’ancien milieu parisien, dans des propos rapportés par Dsports. Prenant ainsi la défense de ce dernier, le dirigeant a rappelé qu’Aliou Cissé est « le seul à être nommé meilleur entraîneur de la CAN » de la phase de groupes.

Relancé quant au potentiel renouvellement de contrat de l’intéressé, dont le bail expire en juin prochain, Me Senghor reste droit dans ses bottes. « Pourquoi avoir un cas Aliou Cissé ? C’est un ensemble. Nous étions tous partis pour essayer de remporter le trophée », a-t-il argumenté avant de lever tout équivoque. « Que Dieu lui prête longue vie afin qu’il puisse continuer à servir son pays, comme il est en train de le faire jusqu’ici ». Cela a le mérite d’être clair, même s’il est commun de voir un entraineur confirmé à son poste puis débarqué dans la foulée.

Sénégal : la Fédé scelle le sort d’Aliou Cissé
Prudence Ahanogbe