Algérie : Belmadi-Sadi, une rencontre, deux punchlines

Après la sortie prématurée de l'Algérie dès la phase de groupes de la CAN 2023, une tension palpable a émergé entre le sélectionneur, Djamel Belmadi, et le président de la Fédération Algérienne de Football (FAF), Walid Sadi. Voici les détails de ce bras de fer.

Deux jours après la défaite face à la Mauritanie (0-1), après avoir présenté leur démission, Belmadi et son staff se sont retrouvés dans les locaux de la FAF, jeudi pour finaliser les modalités de leur départ. Selon le média Competition, les adjoints Aziz Bouras et Serge Romano, le préparateur physique Amara Merouani, et l'analyste vidéo Zohir Bensdira ont été les premiers à signer la résiliation de leur contrat, avec une indemnité équivalente à deux mois de salaire.

On donne 1 million d’euros à Alcaraz”

Lorsque Belmadi, visiblement déçu que son staff n’ait pas négocié davantage leurs indemnités, demande un entretien privé avec Walid Sadi, il exprime son ressentiment : “Cette décision (de mettre fin à ses fonctions, ndlr) est un manque de respect envers ma personne“. Il souligne également le contraste avec le traitement réservé à l'ancien sélectionneur Lucas Alcaraz, qui a reçu une somme considérable malgré un mandat express et complètement raté en 2017. “On donne 1 million d’euros à Alcaraz, et moi, vous voulez que je résilie en contrepartie de deux salaires’’, fait-il remarquer. 

La discussion tendue entre Belmadi et Sadi s'ensuit, le président expliquant qu'il n'est pas disposé à gaspiller l'argent public. Finalement, une légère concession est faite en ajoutant un salaire supplémentaire, portant l'indemnité à trois mois. Insatisfait, Belmadi exige le versement intégral de ses salaires jusqu'à la fin de son contrat en 2026, soit un total de 7,5 millions d'euros !

“A ta place… Je démissionnerai…”

Le président Sadi, catégorique, lui conseille de démissionner sans réclamer d'argent, afin de conserver l'estime et le respect des Algériens. ‘’A ta place, après cet échec, je démissionnerai sans réclamer un centime’’, rétorque le président de la FAF, en y allant donc lui aussi de sa punchline. 

Belmadi reste inflexible, refusant de signer la résiliation du contrat. Sadi met en garde en affirmant que la FAF n'acceptera aucun marchandage et que c'est à prendre ou à laisser.

Avant de quitter le bureau du président, Belmadi annonce : “Laisse-moi le temps de réfléchir.

Il est à noter que l'Algérie est déjà à la recherche d'un nouveau sélectionneur de renommée internationale pour succéder à Djamel Belmadi, avec le rêve Zinedine Zidane. Le bras de fer entre le coach et la FAF reste à suivre dans les prochains jours.

Nathacio De Souza

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.