« On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui », disait Pierre Desproges. Le quotidien français Libération l’a appris à ses dépends avec l’indignation suscitée par un article publié sur son site internet. Une notation, qui se voulait humoristique, des joueurs de l’équipe nationale de football, battue par la Slovénie.


Dimanche, soir de match de Coupe du monde. L’Algérie vient de perdre lamentablement face à la Slovénie (1-0) pour son grand retour en Coupe du monde. D’Alger à Paris, en passant par Sétif et Oran, c’est la soupe à la grimace. Cela tourne franchement au vinaigre quand les notes des joueurs de la Khadra sont publiées sur le site de Libération.

Il faut dire que le journaliste du quotidien français n’y est pas allé de main morte. Madjid Bougherra ? « Il a des seins, du ventre et un sacré coup d’œil, soit le parfait attirail du videur de night-club. Voilà sans doute pourquoi Novakovic, habitué à foutre le bordel sur le dancefloor des défenses adverses, a fait les frais du physionomiste défenseur des Glasgow Rangers. Le Slovène s’est fait recaler à l’entrée des dix-huit mètres algériens à chaque fois qu’il s’y est présenté. » Karim Ziani ? « Si un leader doit montrer l’exemple, alors Ziani devrait commencer par éviter cette coupe de cheveux vomitive (rasé autour, brun à la racine, jaune dessus). Puis troquer son pantacourt pour un vrai short. Après, seulement, l’ancien Marseillais pourra penser à jouer. » Après Karim Matmour « l’homme invisible » ou Rafik Halliche « un honnête joueur de pétanque, pas plus », même Rabah Saâdane en prend pour son grade : « Survêtement, casquette, moustache pour le sélectionneur. La trilogie du blédard. Noiera son chagrin dans un verre de Selecto. »

Les Verts refusent les excuses

Visiblement, les Fennecs n’ont pas apprécié, à l’instar d’Antar Yahia, leur capitaine. « Les journalistes français feront mieux de s’occuper de la sélection de leur pays. On représente l’Algérie et je ne vois pas l’intérêt de commenter notre défaite assez méchamment. Je tiens au nom de mes camarades à déplorer le comportement injurieux de ce journal qui a touché à la personnalité des joueurs. Il ne s’agit pas là de critiques techniques, mais plutôt d’insultes qui n’ont rien à voir avec le sport », expliquait le défenseur de Bochum.

Le lendemain, le journal publiait sur son site internet un billet d’excuse : « L’article que nous avons consacré dans nos éditions d’hier à l’équipe d’Algérie a choqué certains. Il ne s’agissait en aucun cas de blesser quiconque, mais de rendre compte du match des Fennecs d’une façon que nous pensions, à tort, originale, voire humoristique. C’était du 150e degré, inintelligible. Nous nous sommes plantés. Nous présentons nos excuses à toutes les personnes qui se sont senties atteintes par cet article. » Pas suffisant aux yeux des Algériens, qui ont monté un groupe facebook.

Le journaliste en question évolue d’habitude à SoFoot, une rédaction sportive au goût prononcé pour le caustique et le politiquement incorrect, partenaire de Libération pour la Coupe du monde. Souvent drôles, jamais méchants, les journalistes de SoFoot ont cette fois loupé le coche. Du moins à en croire les réactions des supporters algériens, indignés par cet article.