Malgré des prestations toujours intéressantes depuis son retour en Europe, à Parme, à l’été 2018, cela fait désormais deux ans que Gervinho n’est plus apparu avec le maillot de la sélection ivoirienne. Présent lundi sur le plateau de l’émission Talents d’Afrique sur Canal+, l’ailier de 32 ans a livré sa version des faits et pointé du doigt l’attitude du sélectionneur Ibrahim Kamara.

«J’ai eu Kamara au téléphone quand il a été nommé à la tête de la sélection nationale. C’était bien sûr avant la CAN 2019, quand j’étais encore en Chine. On a échangé, j’ai apprécié son approche. Quand je suis arrivé en Italie, il m’a appelé pour les deux matchs de qualification contre la Centrafrique (en octobre 2018, ndlr). On a échangé, il fallait que je prenne du temps d’abord avec Parme comme je venais d’arriver. Nous avons convenu de laisser passer ces deux matchs», a d’abord raconté l’ancien Gunner.

«Il est revenu me voir à Parme, on en a discuté, il m’avait demandé de revenir contre la Guinée à Conakry (en novembre 2018, ndlr). Je lui ai dit qu’il n’y avait pas de soucis à mon niveau et qu’au moment opportun on allait en discuter. Il m’a dit ‘ok’, qu’il va annoncer au groupe qu’à la prochaine sélection je serai là. Je lui ai dit qu’il n’y avait pas de soucis. Mais qu’il m’appelle au moment venu», a poursuivi l’Eléphant, qui attend toujours ce fameux coup de fil… «Je pense qu’il a perdu son téléphone depuis ce jour. Je n’ai plus eu de nouvelles de Kamara, ça fait un an maintenant.» De son côté, le technicien met régulièrement en avant la forte concurrence sur les ailes (Zaha, Pépé, Gradel, Cornet, Assalé,…) pour justifier l’absence du trentenaire.