Depuis le départ de Michel Dussuyer, le 2 février dernier, la sélection nationale de Guinée n’a pas encore retrouvé de sélectionneur pour préparer les éliminatoires de la CAN 2017. Un délai qui commence à intriguer chez les supporters.


Le Syli National attend toujours de connaître le nom de son nouvel homme fort. Plus de deux mois après la départ de Michel Dussuyer, démissionnaire après une CAN 2015 qui a vu l’équipe atteindre les quarts de finale, la Guinée n’a toujours pas trouvé de successeur au technicien français. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir sondé plusieurs entraîneurs et procédé à des entretiens plus personnalisés, jusqu’à penser avoir trouvé l’homme de la situation en la personne de Luis Fernandez.

Mais si l’actuel animateur radio estime son arrivée concrétisée « à 95%« , la situation est au point mort depuis près d’un mois et d’autres pistes sont désormais étudiées par la Fédération guinéenne (Feguifoot). A moins de deux mois du début des éliminatoires à la CAN 2017 au Gabon, le choix de l’instance se fait toujours attendre et les supporters du Syli craignent une préparation tronquée pour leur équipe.

Pressé de trouver une solution rapide à cette situation, le président de la Feguifoot apparaît désarmé. « Si cela ne tenait qu’à moi seul, on aurait signé un coach depuis longtemps« , déplore Salifou Camara dans un entretien avec Guineefoot. « Les gens doivent comprendre que la Fédération n’est qu’un signataire partiel. Le reste on ne maîtrise pas. A côté, vous avez le ministère des Sports, qui est à la fois l’employeur et l’interlocuteur auprès du ministère des Finances. »

Salifou Camara : « Rentrer à Conakry avec un nom« 

En somme, celui qui est surnommé « Super V » du côté de Conakry est pris entre deux feux et dispose de peu de marge de manœuvre notamment pour ce qui est de l’aspect financier, le ministère ayant déjà fait savoir qu’il n’était pas enclin à verser un salaire astronomique pour un sélectionneur. Toujours est-il que le président Camara s’attend à un dénouement proche. De passage en France, son retour en Guinée est prévu ce vendredi, et il espère bien avoir une bonne nouvelle à annoncer.

« Nous travaillons dans ce sens pour trouver quelqu’un qui va donner satisfaction à la grande majorité des Guinéens (…) Je vais rentrer à Conakry avec un nom. C’est mon souhait. Nous ferons en sorte que la demande faite par la majorité soit satisfaite« , promet-il. Reste à savoir qui sera l’heureux élu.