Vahid Halilhodzic

Limogé de son poste de sélectionneur du Maroc à quelques mois de la Coupe du monde 2022 et après avoir décroché la qualification, Vahid Halilhodzic a été interrogé par le média croate Net.hr à l’approche du coup d’envoi de la compétition. L’occasion pour le technicien de revenir sur son état d’esprit.

«Je n’ai rien de mal à dire sur le Maroc et je ne reviendrai pas non plus sur cette histoire, je veux l'oublier le plus tôt possible», a d’abord tenté d’éluder l’ex-entraîneur du FC Nantes, plutôt classe, avant d’en dire un peu plus après avoir été relancé. «Quand on en parle maintenant, là ça se voit, mais on avait une moyenne d'au moins trois buts par match dans les éliminatoires, ce qui était très efficace. Par conséquent, tout ce qui m'est arrivé est un peu difficile à accepter, vous savez, c'est difficile à accepter pour moi en tant qu'être humain. (…) Il est difficile pour quiconque de comprendre une telle réalité. C'est vraiment difficile à comprendre et à accepter, mais je dois le faire, je n'ai pas le choix.»

Fair-play, l’homme de 70 ans a ensuite souhaité bonne chance aux Lions de l’Atlas avant leur entrée en lice mercredi contre la Croatie. «Ce que je dirai, c'est que pour que le Maroc réussisse ce match contre la Croatie, la clé sera : la discipline dans le travail de l'équipe, le comportement et la discipline dans les tâches tactiques sur le terrain», a conclu le Franco-Bosnien, dont le successeur Walid Regragui pratique un football plus ouvert et offensif.