Trois mois après « l’affaire » Kalidou Koulibaly, le championnat italien fait encore parler de lui pour de mauvaises raisons… Mardi soir, la pépite de la Juventus Turin, Moise Kean (19 ans), d’origine ivoirienne, a été ciblée par des cris de singe appuyés de la part des supporters de Cagliari après avoir inscrit le but du 2-0 à la 85e minute. Malgré la colère du Français Blaise Matuidi, l’arbitre n’a pas souhaité interrompre le match plus d’une dizaine de secondes, le temps que le speaker demande au public de se calmer…

Mais le pire a peut-être eu lieu après la rencontre avec des déclarations ubuesques qui en disent long sur le chemin qu’il reste à parcourir dans ce domaine en Italie. Pourtant coéquipier de Kean à la Juve, Leonardo Bonucci a carrément sous-entendu que le jeune international italien a un peu cherché ce qui lui est arrivé en provoquant le public adverse après son but… « Je pense que la faute est partagée à 50-50. Moise n’aurait pas dû faire ça et le virage n’aurait pas dû réagir comme ça » , a lâché le défenseur turinois…

Président de Cagliari, Tommaso Giulini, a lui aussi tenu des propos pour le moins troublants. «Si Bernardeschi avait fait la même, il aurait également subi ces cris» , a d’abord assuré le dirigeant. Des cris de singe à l’encontre d’un joueur blanc ? Ce serait bien une première…  «Personne n’a rien entendu jusqu’au but. Kean a fait une erreur, il a 19 ans, ça se comprend. Il y a un moralisme et une dérive qui me déplaît. Ce club a toujours été exemplaire et a toujours dénoncé tout comportement raciste. S’il y a eu des cris racistes, ceux qui les ont lancés ont commis une erreur» , a ensuite poursuivi Giulini en cherchant à excuser ses supporters. Après cet acte intolérable, Cagliari va sûrement écoper de quelques matchs à huis clos, mais le symbole aurait été plus fort si l’arbitre avait eu le courage de stopper la rencontre. Sur ce point, l’Italie a décidément du mal à avancer…

Vidéo : Kean ciblé par des cris de singe à Cagliari