Rentré samedi en France, le gardien togolais Kodjovi Obilalé, grièvement blessé dans l’attaque de sa sélection en Cabinda le 8 janvier, envisage désormais de porter plainte contre la CAF et/ou l’Angola, pays organisateur de la CAN 2010.


Dur retour pour Kodjovi Obilalé. Grièvement blessé dans l’attaque du bus de la sélection togolaise avant même le début de la Coupe d’Afrique des Nations, le portier des Eperviers a enfin eu la joie de retrouver sa famille, ses proches et son club, le GSI Pontivy (CFA). Mais, avant de penser à retrouver les terrains, le joueur de 25 ans, touché à l’abdomen et aux membres inférieurs par plusieurs rafales d’AK-47, « espère retrouver la forme d’un être humain, raconte le joueur à L’Equipe, samedi. Dans six mois, je pense pouvoir recourir. Mais est-ce que je vais reprendre le foot ? Je ne sais pas. »

Enfin rentré en France, Obilalé qui a suivit des nouveaux examens à Lorient, a assuré : « Maintenant, ce qui m’est arrivé est dur pour moi et pour ma famille et je ne sais pas de quoi sera fait l’avenir même si je pense à 98% pouvoir rejouer. Il faut que je me relève vite et que je trouve un bon avocat et de bons arguments » pour une action judiciaire, a-t-il ajouté, la voix fatiguée.

La plainte pourrait viser « le pays organisateur », l’Angola, ou « la CAF (Confédération africaine de football) », a précisé le joueur, qui ne peut pas encore marcher et doit prendre des médicaments contre la douleur. Par ailleurs, son retour en France avait été retardé en raison de désaccords sur le financement de son transport à bord d’un avion spécialement aménagé.

Opéré à quatre reprises durant son séjour dans une clinique de Johannesburg (Afrique du Sud), le gardien espère pouvoir recourir dans six mois mais ne fait aucun pronostic quant à un éventuel retour sur les terrains. Après quelques jours en observation à Lorient, Obilalé doit rejoindre le centre de rééducation de Kerpape sur la côte morbihannaise, a-t-on appris auprès du club breton dont il porte les couleurs.