Après le fiasco de la CAN 2021, l’Algérie a vécu une nouvelle désillusion en étant éliminée par le Cameroun mardi en barrage retour de la Coupe du monde 2022 (1-2, a.p.). Comme pressenti, le sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, n’exclut pas de quitter son poste à l’issue de cet échec qui risque de marquer la fin d’une exceptionnelle génération.

«Aujourd’hui, vous avez la possibilité de tout remettre en question. C’est trop facile… Ce n'est pas le moment de faire un bilan avec cette charge émotionnelle. Nous sommes effondrés. (…) Difficile de parler d’avenir. Tout le monde est abattu. On ne se voyait pas rater cette Coupe du monde. À dix secondes… Un bilan sera fait mais pour l’instant la déception domine. Il y a des chances pour que je fasse plaisir à certains journalistes, à certains ici et sur les plateaux TV qui s'en prennent à vous pour des lobbies… Les jours à venir et les temps qui suivent vont être difficiles», a prévenu le technicien en conférence de presse.

«La Fédération, les joueurs, et tous les acteurs de ce sport doivent travailler ensemble pour permettre d’aller de l’avant. Ce qui est important c’est que cette équipe nationale doit être bien entourée. S’il faut changer ? On changera.  Je ne parle pas de mon cas mais attention à l’instabilité. Cela n’a jamais rien de bon dans le football», a conclu le vainqueur de la CAN 2019, en larmes au coup de sifflet final.