Révélé la saison passée avec le Paris FC (11 buts en Ligue 2) et transféré l’été dernier à Stuttgart pour environ 8 millions d’euros, Silas Wamangituka (20 ans) se retrouve au centre d’une troublante affaire, révélée ce vendredi par le journal L’Equipe. En effet, l’attaquant congolais est accusé d’avoir changé d’identité, lui qui se nommerait en réalité Silas Mvumpa Katompa, et qui ne serait pas né le 6 octobre 1999 mais un an plus tôt, le 6 octobre 1998.

A l’origine des accusations, on retrouve Max Mokey Nza-Ngi, le président du club congolais du Football Club MK. Le dirigeant affirme que le joueur était sous contrat chez lui depuis 2015 et qu’il a changé d’identité afin de rejoindre Alès, son premier club en France, en tant que joueur libre, en 2018. L’Equipe met en avant plusieurs mails envoyés par Max Mokey Nza-Ngi au Paris FC l’an passé en demandant un dédommagement en échange de son silence sur cette affaire.

«A aucun moment, le PFC n’a versé de l’argent à ce club», a réagi le manager général du Paris FC, Pierre Dréossi, auprès du quotidien sportif. «Nous, on a les papiers, le passeport de Silas, le titre de séjour. Tout est en règle pour nous. S’il y a un souci, c’est au Congo que ça se passe. Il faut donc voir là-bas.» Tuteur du joueur, Olivier Belesi devrait s’exprimer sur cette affaire à la fin du mois afin de peut-être désépaissir le mystère entourant Wamangituka…

Sur le même sujet : Nsengi-Biembe « aimerait bien » appeler Wamangituka, mais…