Mise à jour, 14/02, 19h Paris : ce match a eu lieu, cliquez ici pour accéder au résultat et au compte rendu

Qui sera couronné roi d’Afrique ? Réponse ce vendredi à l’issue de la Supercoupe de la Confédération africaine de football (CAF) qui oppose les Tunisiens de l’Espérance Tunis, vainqueurs de la Ligue des champions 2018/2019, aux Egyptiens du Zamalek, sacrés en Coupe de la Confédération. Ce choc se déroulera à guichets fermés au Al-Gharrafa Stadium de Doha au Qatar à partir de 16h en temps universel (17h en France). Voici 3 bonnes raisons de suivre cette affiche.

Parce qu’il s’agit de deux mastodontes du football africain

Ce sont deux grands noms du football africain qui s’affrontent ce vendredi. D’un côté, l’Espérance, ses 29 titres de champion de Tunisie, ses quatre sacres en Ligue des champions (dont les deux dernières éditions), mais aussi une Coupe de la CAF, une Coupe des vainqueurs de Coupe et une Supercoupe de la CAF. En face, le Zamalek du Français Patrice Carteron n’a pas à rougir avec 12 titres de champion d’Egypte, cinq LDC, une Coupe de la CAF, une Coupe des vainqueurs de Coupe et trois Supercoupes de la CAF.

Les deux cadors se sont affrontés à six reprises en matchs interclubs de la CAF, la dernière fois en 2005. Avec trois matchs nuls, deux victoires du Zamalek et une de l’EST, le bilan est assez équilibré, mais les Tunisiens ont remporté la double confrontation qui comptait vraiment, en finale de la LDC 1994, décrochant le sacre.

Parce que l’Espérance galère en Supercoupe

Double tenante du titre en LDC, l’Espérance Tunis a des allures de véritable rouleau-compresseur. Avant de s’incliner avec une équipe fortement remaniée face à la JS Kabylie (0-1) le 1er février, les Sang et Or restaient sur 20 matchs consécutifs sans défaite en LDC. Du jamais-vu !

Mais l’EST a moins de succès en Supercoupe. Surpris par le Raja Casablanca il y a un an (1-2), les hommes de Mouine Chaabani restent sur trois échecs dans la compétition, leur unique sacre remontant à 1995 lors de leur première participation face aux Congolais du DC Motema Pembe (3-0). Les départs coup sur coup de Youcef Belaïli l’été dernier puis d’Anice Badri cet hiver, soit deux joueurs décisifs et capables de faire la différence à tout moment, risquent de desservir fortement le club de Bab Souika dans ce genre de match.

Parce que c’est un prélude

L’Espérance et le Zamalek ne vont plus se quitter. En l’espace de trois semaines, les deux formations vont en effet se défier à trois reprises ! Après la Supercoupe, elles se retrouveront en quart de finale de la LDC (aller le 29 février en Egypte, retour le 6 mars en Tunisie). Une situation très particulière à gérer pour les deux entraîneurs, qui vont certainement chercher à ne pas trop dévoiler leurs plans tactiquement.

«Nous devons faire la différence entre affronter l’Espérance en Supercoupe et les affronter à nouveau plus tard en Ligue des champions. Ce sont deux rencontres totalement différentes et chaque match a ses circonstances particulières», a nuancé Carteron sur le site de la CAF. «Nous ne pensons pas à notre rencontre en Ligue des champions maintenant, tout ce que nous avons en tête, c’est le match de Supercoupe», a pour sa part assuré Chaabani. Le vainqueur de ce vendredi pourrait tout de même prendre un petit ascendant psychologique.