Espagne - Italie - Maroc - Union Européenne - Vidéos
Juve : écœuré, Benatia crie au "viol"
Alors que la Juventus Turin était en route pour une formidable remontada face au Real Madrid (0-3, 3-1) mercredi en quart de finale de la Ligue des champions, Mehdi Benatia a provoqué le penalty fatal aux Bianconeri dans les dernières secondes. Une décision assimilée à un viol par le Marocain.

Le penalty de la discorde. 92e minute mercredi soir au stade Santiago Bernabeu. Alors que la Juventus Turin se dirigeait vers la prolongation et une incroyable remontada en menant 3-0 face au Real qui l’avait battu sur le même score à l’aller, ce quart de finale retour de Ligue des champions a basculé subitement. Sur une ultime incursion merengue dans les dernières secondes, l’arbitre Michael Oliver a sifflé penalty après une poussette de Mehdi Benatia sur Lucas Vazquez. Cristiano Ronaldo l’a transformé pour envoyer le Real en demies (3-0, 1-3).

La faute de l’international marocain méritait-elle vraiment un penalty ? Cette question déchaîne les passions depuis. Côté madrilène, on s’estime évidemment dans son bon droit, à l’inverse de la presse catalane ("Le vol du siècle" pour Sport) et italienne ("Quel vol !", s’indigne Le Corriere dello Sport) qui crient au scandale en soulignant que le Turinois joue le ballon alors que le Merengue en a rajouté. Même ton chez le principal intéressé, Benatia.

Buffon : "l’arbitre a un sac poubelle à la place du cœur"

"C’est un viol", a pesté le défenseur central au micro de RMC. "Il y a cette action de dernière minute où lui veut faire contrôle poitrine pour mettre la tête, il ne me voit pas arriver de derrière. Moi j’essaye de le contourner pour ne pas le toucher. Avec mon pied gauche, je touche le ballon qui lui rebondit sur la poitrine. Lui normal, il joue bien le coup il se laisse tomber. L’arbitre a le cran de siffler penalty à la dernière minute. Honnêtement j’en ai vu des matchs, j’en ai joués, jamais tu ne peux siffler un penalty comme ça à la 93e minute. Il n’y pas de poussette, je ne l’ai pas poussé. S’il y a un contact, c’est avec ma cuisse, ça fait partie du football."

Globalement auteur d’un match solide durant lequel il a bien muselé Ronaldo, le Lion de l’Atlas est rejoint par son coéquipier et capitaine, Gianluigi Buffon, exclu pour contestation après ce fait de jeu. "Cet arbitre n’a pas de cœur. Il a un sac poubelle à la place du cœur. Si tu n’as pas de personnalité et de courage, tu vas en tribunes regarder le match avec ta femme et un Sprite", a lancé l’Italien sur la chaîne Mediaset Premium. Et Vazquez dans tout ça ? "Oui, il y est (le penalty, ndlr)", a évidemment assuré l’Espagnol. "Cristiano me la donne au point de penalty et, quand je vais finir, le défenseur central arrive de derrière et s’enroule sur moi. Il n’y a pas de discussion. Les protestations de la Juve ? C’est normal, c’est la dernière minute." Si près de l’exploit, la Vieille Dame n’est pas près de digérer ce scénario…


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Espagne


 
en bref

zoom


lire aussi

recherche