Déjà adversaires durant la phase de groupes, les Marocains du Raja Casablanca et les Congolais de l’AS Vita Club se retrouvent ce dimanche en finale aller de la Coupe de la CAF (19h GMT).


Quinze jours après le sacre de l’Espérance Tunis en Ligue des champions, c’est la finale aller de la Coupe de la CAF qui est au menu ce dimanche au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca (19h GMT). D’un côté, le Raja Casablanca, qui rêve d’un nouveau sacre dans la compétition 15 ans après son dernier triomphe. De l’autre, Vita Club, dont l’unique titre continental remonte à 1973 (en Ligue des champions) et qui a été défait lors de ses deux dernières finales africaines (en 1981 puis 2014, chaque fois en C1).

Après les sacres du TP Mazembe en 2016 puis 2017, les hommes de Florent Ibenge ont bien l’intention d’offrir la passe de trois à la RD Congo. Pour cela, ils s’inspireront de leurs performances durant la phase de groupes, lorsqu’ils avaient tenu en échec le Raja chez lui en mai dernier (0-0) avant de s’imposer à domicile au retour (2-0 en août). Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les Congolais ont rallié le Maroc tôt, dès lundi, afin d’entamer leur préparation.

Côté Raja, l’objectif est clairement de faire la différence dès l’aller à domicile afin d’aborder plus sereinement le retour dans une semaine à Kinshasa où les Dauphins Noirs sont réputés intraitables (6 victoires en 6 matchs de C2 cette saison). A noter que ce match sera d’abord un duel d’attaquants entre Mahmoud Benhalib, meilleur buteur de la compétition (11 buts), et son dauphin de V. Club, Jean-Marc Makusu Mundele (10 buts). Sous le coup d’une sanction disciplinaire en interne, le Marocain pourrait toutefois ne pas débuter la rencontre.

 Ils ont dit :

Juan Carlos Garrido, entraîneur du Raja Casablanca : « C’est un match important pour nous. Nous voulons remporter ce titre et nous y mettrons toutes nos forces. Vita Club est une très bonne équipe et nous le savons. Mais une finale est toujours différente. L’équipe est préparée sous tous les aspects. Nous savons que de tels matchs sont difficiles et que les joueurs subissent une pression énorme. C’est pourquoi je leur ai aussi demandé de s’armer de courage. »

Jésus Muloko, attaquant de V. Club : « Nous sommes tous déterminés. Le moral est au zénith. Nous allons tout faire pour réaliser un bon résultat ici pour qu’au match retour ensemble avec nos supporters, nous gagnons. C’est pour cela nous leurs demandons (aux supporters) d’être calmes, de continuer à nous soutenir dans des prières, nous allons fêter le 2 décembre à Kinshasa.«