Confronté à des problèmes de primes non versées et des soucis logistiques qui « perturbent leur préparation », les joueurs de la sélection du Mali tirent la sonnette d’alarme. Dans un communiqué, ils fixent un ultimatum à l’Etat malien pour régler ses dus et menacent, dans le cas contraire, de boycotter le match amical contre le Burkina Faso prévu vendredi.


A deux jours du match amical contre le Burkina Faso, prévu à Troyes, les joueurs du Mali haussent le ton. Dans un communiqué signé par « l’ensemble des joueurs de l’équipe nationale du Mali » et transmis à Malifootball.com, les Aigles, actuellement en stage de préparation, menacent de boycotter la rencontre face aux Etalons si l’Etat malien ne répond pas à leurs doléances d’ici à jeudi. Les coéquipiers de Bakary Sako dénoncent « plusieurs problèmes qui viennent perturber [notre] préparation depuis plusieurs semaines : manque d’équipements, staff médical incomplet (pas d’ostéopathe, de docteur)« , explique le communiqué.

Les hommes d’Alain Giresse se plaignent également de l’attitude de l’Etat « qui ne respecte pas ses engagements liés aux versements des primes et des remboursements. Les primes promises au Bénin (lors de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2017 en septembre) n’ont pas été versées, aussi l’ostéopathe n’a pas été réglé pour le travail qu’il a réalisé« , regrettent-ils.

« Tous ces manquements ne facilitent pas notre préparation. Nous constatons que la situation autour de l’équipe se dégrade. Nous souhaitons donc que s’ajoute au soutien de notre président de Fédération, celui de l’Etat et que celui-ci nous soutienne et tienne ses engagements et que toutes les dispositions soient prises pour régler les problèmes du regroupement passé, de celui-ci et pour l’avenir. Ceci afin de nous permettre de nous préparer et d’exercer notre métier dans des conditions acceptables et ainsi tendre vers nos objectifs pour porter au plus haut les couleurs de notre pays« , poursuit le communiqué, avant de menacer : « nous vous informons que si la situation n’est pas réglée d’ici demain (jeudi, ndlr), nous nous réservons la possibilité de ne pas jouer ce vendredi contre le Burkina. »

Sur le même sujet : Le football malien vers une impasse