Meilleur international africain : Osimhen détrône Mané

Une distinction de plus dans l’escarcelle de Victor Osimhen.

C’est décidément une année faste pour Victor Osimhen. L’international nigérian (24 ans, 25 sélections, 15 buts) n’en finit plus d’enfiler les trophées individuels comme des perles. Après avoir été élu capocannoniere de la saison (26 buts en 32 matches de Serie A), en battant au passage les records de Samuel Eto’o et de George Weah dans le championnat d’Italie, le Super Eagle a reçu dimanche le prix du Meilleur international africain de l’année. Il succède à Sadio Mané, lauréat l’an dernier et auteur d'une première saison délicate au Bayern Munich.

La surprise Salah, Onana et Bounou grands perdants

Primé lors de la cinquième édition des Ghana Football Awards qui s’est déroulée à Accra, l’attaquant de Naples devance l’Égyptien Mohamed Salah (31 ans, 88 sélections, 49 buts) et l’Algérien Riyad Mahrez (32 ans, 81 sélections, 29 buts). Buteur redoutable, Osimhen a guidé les Partenopei vers le titre en championnat, 33 ans après leur dernier sacre, faisant de lui un héritier légitime de Diego Maradona.

Auteur d’un triplé historique Coupe-championnat-Ligue des Champions avec Manchester City, Riyad Mahrez (15 buts, 13 passes décisives en 47 matches) paie un bilan écorné par son statut de remplaçant en fin de saison, notamment en finale de FA Cup et lors des grands rendez-vous de LdC (seulement 11 minutes jouées sur les 5 derniers matchs). La surprise vient de Mo Salah. En effet, malgré un bilan comptable honorable (30 buts, 16 assists en 51 apparitions), le Pharaon présente un palmarès vierge cette saison. Sa cinquième place en championnat avec Liverpool en est symptomatique.

Vainqueur de la Coupe d’Italie et finaliste de C1 avec l’Inter Milan, le gardien camerounais André Onana (27 ans, 34 sélections) se retrouve grand perdant de cette édition, au même titre que son homologue de Séville, le Marocain Yassine Bounou (32 ans, 52 capes), lui, vainqueur de la Ligue Europa avec les Rojiblancos. Les deux portiers pouvaient légitimement prétendre au podium.

Meilleur international africain : Osimhen détrône Mané
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.