En balayant l’équipe marocaine 3 buts à 0, le Nigeria a rejoint en finale du Championnat du monde juniors de football l’Argentine qui s’est pour sa part défaite du Brésil, deux buts à un. Les Flying Eagles, qui participent à la deuxième finale de leur histoire, ont l’occasion de rapporter un trophée historique au continent.


Nigeria 3, Maroc 0. En défaisant facilement les Lions de l’Atlas, les Flying Eagles ont décroché mardi leur billet pour la finale du Championnat du monde juniors de football. C’est aux Pays-Bas que se déroulent les débats 2005 de la biennale footballistique. Les hommes de Samson Siasia, aux portes d’une potentielle victoire historique pour l’Afrique, auront fort à faire face aux diables d’Argentins, parmi les grands favoris du tournoi, qui ont éliminé les Brésiliens en demi-finale.

Après leur finale de 1989, perdue contre le Portugal, les joueurs nigérians pourraient être les premiers du continent à remporter la Coupe. Et réussir là où le Ghana, seul autre pays africain a être arrivé à ce stade de la compétition, a échoué par deux fois (les Black Stars ont perdu en finale en 1993 face au Brésil et en 2001 face à l’Argentine). Le Mali avait pour sa part récolté la troisième place de la Coupe en 1999 face à l’Uruguay.

Quatre titres à zéro

L’adversaire des Nigérians fait figure d’épouvantail. Avec quatre titres au compteur (1979, 1985, 1997 et 2001), l’Argentine est, avec le Brésil (quatre titres également), l’équipe la plus capée du tournoi. L’épopée 2005 des Ciel et Blanc les a conduit à éliminer tour à tour la Colombie (2-1, 8e de finales), l’Espagne (3-1, quarts de finales) et le Brésil (2-1, demi-finale). Quant aux Nigérians ce sont l’Ukraine (1-0), les Pays-Bas (aux penalties) et le Maroc (3-0) qu’ils ont dû écarter de leur chemin.

Les Flying Eagles ont barré la route aux Marocains au terme d’une demi-finale 100% africaine. Et dans le même stade (le Parkstad Limburg à Kerkrade), où ils avaient sorti les Pays-Bas à domicile, ils ont administré une correction aux Lionceaux de l’Atlas (3 à 0). Les Marocains, qui ne sont jamais vraiment rentrés dans le match malgré un public totalement acquis à leur cause, s’en tirent même à bon compte, les Nigérians ayant par deux fois touchéla transversale. Quelques heures plus tôt, l’Argentine s’imposait, dans les prolongations, face au Brésil dans un match plus enlevé et dans la plus pure tradition du jeu sud-américain.

Chaque équipe pourra compter sur un collectif gonflé à bloc mais aussi sur de solides individualités. Les Argentins devront assurément se méfier de l’impressionnant Taye Taiwo, l’arrière-gauche nigérian, redoutable finisseur malgré son poste. Les Vert et Blanc devront quant à eux surveiller plus particulièrement Lionel Messi, auteur de quatre buts dans le tournoi et qui pourrait bien finir meilleur buteur de la compétition s’il réussissait deux autres réalisations. Chose tout à fait à sa portée. Rendez-vous le 2 juillet prochain au stade d’Utrecht pour connaître le fin mot de l’histoire. Un match qui promet d’être passionnant.