Tous situés dans des régions considérées comme à risques et porteurs d’au moins un cas positif au Covid-19 au sein de leur effectif, l’AS Rome, la Lazio Rome, la Fiorentina, Sassuolo et le Genoa pourraient ne pas envoyer leurs internationaux en sélection, sauf dérogation accordée par les autorités sanitaires italiennes. Initialement, l’Inter Milan devait faire partie de cette catégorie, mais les autorités locales ont changé d’avis, ce qui signifie que les internationaux comme le Marocain Achraf Hakimi sont autorisés à rejoindre leur sélection en prenant un vol privé. Cette décision a suscité la colère du directeur général des Nerazzurri, Giuseppe Marotta, qui crie à l’injustice.

«Il y a un fort regret. J’invoque l’intervention du ministère des Sports (Vincenzo Spadafora, ndlr). Cette situation est injuste, elle conduit à une altération de la régularité des compétitions», a dénoncé le dirigeant dans des propos rapportés par l’agence de presse Ansa. «C’est absurde que l’ASL se comporte différemment de Rome 1 à Rome 2, ou de Milan à Florence, étant entendu qu’il existe des protocoles stricts et que c’est à juste titre qu’il faut tous les respecter. Il y a une zone grise dans le manque de centralité de cette gestion et chaque agence régionale de santé devient centrale dans la gestion des clubs. Mon signal d’alarme tiré il y a quelques jours devient encore plus important, avec la demande de réduction des engagements des équipes nationales.»

La polémique ne fait sans doute que commencer…