A nouveau décevante, l’Algérie est tombée de haut en s’inclinant 2-1 contre la Tunisie ce jeudi à Franceville dans ce derby maghrébin comptant pour la 2e journée du groupe B de la CAN 2017. Plus maîtres de leur destin, les Fennecs risquent de prendre la porte…


L’Algérie est au bord de l’élimination ! Battus 2-1 par la Tunisie, qui était dos au mur, ce jeudi à Franceville dans le derby du Maghreb, les Fennecs sont distancés dans le groupe B de la CAN 2017 après deux journées. Désormais devancés par leur bourreau du jour, ils n’ont plus leur destin en main et joueront leur qualification lundi face au Sénégal qui sera peut-être déjà qualifié s’il bat le Zimbabwe à 19h GMT. Face à une défense adverse trop laxiste, les Verts prenaient pourtant l’ascendant d’entrée et mettaient rapidement Mathlouthi à contribution.

Après une claquette sur un coup-franc de Brahimi, le gardien de l’Etoile du Sahel réalisait un superbe arrêt-réflexe sur une tête de Slimani à bout portant ! Il se dressait encore pour détourner la lourde frappe de Guedioura. Progressivement, les débats s’équilibraient et les Tunisiens se montraient dangereux à leur tour mais Akaichi ne parvenait pas à redresser suffisamment le corner de Khazri qui traversait la surface, puis il manquait quelques centimètres à l’attaquant pour reprendre le centre de Nagguez.


Algérie vs Tunisie (1-2) – CAN 2017 par afrikfoot

Dans cette rencontre très indécise, forcément le premier à marquer bénéficierait d’un avantage certain. Bien revenus dans le match, cet honneur profitait aux hommes d’Henri Kasperczak. Sur une touche rapidement jouée, le centre de Msakni était détourné dans ses propres filets par le malheureux capitaine algérien, Aïssa Mandi (0-1, 50e). Loin de sonner la révolte après ce coup du sort, les Fennecs s’enfonçaient un peu plus sur une erreur d’un autre défenseur, Faouzi Ghoulam. Auteur d’une remise en retrait mal ajustée, le latéral gauche était contraint d’accrocher Khazri dans la surface. Sliti se chargeait de transformer le penalty en prenant Asselah, qui suppléait M’Bolhi, forfait, à contre-pied (0-2, 65e).

Très nerveux, à l’image de Brahimi, qui frappait dans une glacière au bord du terrain après son remplacement, les hommes de Georges Leekens attendaient les dernières minutes pour se procurer une occasion mais Slimani trouvait le petit filet. Au cours d’un long temps additionnel après la sortie sur blessure de Mathlouthi, Hanni redonnait bien espoir en reprenant victorieusement une remise en retrait de Guedioura (1-2, 90e), mais c’était trop tard… Décevante offensivement et toujours aussi fébrile derrière, l’Algérie confirme ses difficultés des derniers mois et se retrouve au bord d’une terrible désillusion…

 Les onze de départ :

Algérie : Asselah – Meftah, Mandi (c), Bensebaini, Ghoulam – Guedioura, Bentaleb – Mahrez, Ghezzal, Brahimi – Slimani

Tunisie : A. Mathlouthi (c) – Nagguez, Abdennour, S. Ben Youssef, Mâaloul – Sassi, Ben Amor – Sliti, Khazri, Msakni – Akaichi