La passe de six pour Al Ahly? Le derby du Caire, match phare de la 27e journée de la Premier League égyptienne, décidera sans doute du titre. Avec 9 points d’avance sur son rival cairote, Al Ahly n’a besoin que d’une victoire face au Zamalek pour s’emparer de son sixième titre de rang.


C’est le rêve de tout supporter des Diables Rouges : remporter le titre en s’imposant face à l’ennemi juré. Et c’est ce qui pourrait arriver si Al Ahly bat le Zamalek au cours du derby cairote, ce vendredi soir.

Une victoire lors du match phare de la 27e journée et Al Ahly mettrait son rival et dauphin, le Zamalek, à 12 points à trois journées de la fin. De quoi ravir les inconditionnels du club africain du siècle. Plus qu’une suprématie locale, c’est la domination du pays des champions d’Afrique qui est en jeu. « Nous voulons remporter le titre face au Zamalek, explique le milieu de terrain Ahmed Hassan. Une telle victoire lui donnerait un goût spécial, contrairement aux saisons précédentes. »

Il faut dire que, depuis 2005, Al Ahly domine l’Egypte et l’Afrique. Depuis 2005, le club cairote a remporté 5 championnats, 2 Coupes d’Egypte, 4 Super Coupes et 3 Ligues des Champions, se payant même le luxe de rester invaincu pendant 55 rencontres de rang, après avoir battu le Real des Zidane, Figo, Ronaldo et autres Roberto Carlos. Avec un budget de 25 millions d’euros, Al Ahly est le roi des Pharaons. A titre de comparaison, cela représente le budget d’un club de Ligue 1 française de bas du tableau. Modeste ? Peut-être. Mais suffisant pour attirer cinq des champions d’Afrique 2010, dont les expérimentés Wael Gomaa, Ahmed Hassan ou Emad Moteab.

0-0 à l’aller

Largement en avance sur le plan économique, Al Ahly l’est également au
niveau de la compétition sportive. Son palmarès est tout simplement édifiant : 34 titres de champions, 35 coupes nationales, 6 Ligues des Clubs champions d’Afrique, un total de 105 distinctions depuis 1907, date de création du club. En Egypte, il n’a qu’un seul adversaire vraiment à sa taille : l’autre club de la capitale, le Zamalek.

Mais les Chevaliers Blancs auront à cœur de mettre à mal les plans d’Al Ahly, comme l’expliquait en milieu de semaine le capitaine du Zamalek. « Leur seul point fort, c’est l’attaque, assurait Abdul-Aziz sur le site officiel du club. Nous allons gagner ce match si nous maintenons la bonne forme qui était la notre sous la houlette d’Hossam Hassan. » Un coach qui, comme son homologue Hossam Al-Badri, cherchera à remporter son premier derby de la saison après le 0-0 de l’aller.