La Ligue des Champions d’Afrique, c’est reparti! Un plateau riche où sept clubs partent à la conquête d’un trophée détenu par les Congolais du TP Mazembe. Coup d’envoi ce vendredi de la phase de poules de la Ligue des Champions avec les chocs Dynamos FC-TP Mazembe et ES Sétif-Espérance de Tunis dans le groupe A, Ismaïly-JSK et Heartland-Al Ahly dans le groupe B.


Tenant du titre continental, le TP Mazembe de Lubumbashi aura fort à faire pour conserver sa couronne continentale : jamais depuis l’instauration de la Ligue des champions en 1997, le plateau n’avait été aussi relevé. Sur la ligne de départ on trouve, outre le TP Mazembe, Al Ahly déjà six fois vainqueur de l’épreuve, Ismaïly, première équipe égyptienne à avoir inscrit son nom au palmarès de l’épreuve, la JS Kabylie, l’Entente de Sétif, l’Espérance de Tunis, autres anciens lauréats, et Heartland FC et Dynamos FC, une fois finaliste chacun.

GROUPE A

 Dynamos FC-TP Mazembe (18 juillet)

Le tenant face à la surprise. Confiant, l’entraîneur des champions du Zimbabwe, Elvis Chiweshe, l’a assuré : « L’équipe est prête pour ce premier choc. Le TP Mazembe est une grande équipe mais nous mettrons tout en œuvre pour marquer nos trois premiers points. Ce sera un match très ouvert face à un adversaire qui est le champion en titre et que nous respectons en tant que tel mais gagner est notre objectif. » Avec une quarantaine de trophées accumulés en un demi-siècle, les Glamour Boys ont tout gagné sur le plan national. Ils sont par contre toujours à la recherche de leur titre référence sur le plan international. A priori, les Congolais partent favoris mais le Dynamos n’a pas l’habitude de s’en laisser compter à domicile. Gaborone United et le FC Lupopo peuvent en témoigner

 ES Sétif-Espérance de Tunis (16 juillet)

Le deuxième match du groupe A sera un derby nordique entre l’Entente Sétif, finaliste de la dernière Coupe de la Confédération, et l’Espérance redevenue le club-phare du football tunisien après quelques années de piétinement. Une victoire pour bien débuter, tel est le leitmotiv des Algériens. « C’est un match qu’on doit négocier au mieux, expliquait Nourredine Zekri, le coach de l’ESS. ’estime que nous n’avons pas d’autre choix que d’essayer de remporter le gain du match. A ce stade de la compétition, je pense que chaque point a son importance. Et puis, débuter cette phase des poules par une victoire est à mon sens la meilleure manière pour entrevoir la suite de notre parcours africain dans les meilleures conditions, notamment morales. »

GROUPE B

 Ismaïly-JSK (18 juillet)

L’autre derby du nord de l’Afrique offre un affrontement entre Algériens et Egyptiens. Pour Mohammed Ziti, le jeune milieu de terrain kabyle, peu importe l’adversaire : « On ne regarde jamais la feuille de match avant d’affronter nos adversaires. Jouer contre Al Ismaïly ou Al Ahly n’a aucune importance pour nous. Ce qui compte, c’est de gagner ou revenir avec un résultat positif. Cette Ligue des champions compte beaucoup à nos yeux. C’est vraiment le haut niveau, et j’estime qu’il est venu le temps de redorer l’image de la JSK à l’échelle africaine. » Mais en face, les Egyptiens ont un effectif fourni, plein d’internationaux qui rêvent d’accrocher une nouvelle Ligue des Champions après la victoire de 1969.

 Heartland-Al Ahly (18 juillet)

La rencontre entre le champion du Nigeria et le géant égyptien sera l’occasion de découvrir sous ses nouvelles couleurs Mohamed Geddo Nagy, meilleur buteur de la CAN 2010 en partant du banc. Heartland, huitième du dernier championnat du Nigeria, se souviendra cependant, au moment du coup d’envoi, que c’est un autre club nigérian, Kano Pillars, qui avait fait chuter l’aigle égyptien, il y a un an, en huitième de finale de la Ligue des champions. L’exploit est à portée de main.

 La Coupe des Confédérations