Quelques semaines après une CAN 2019 décevante pour la RD Congo (l’élimination en 8es de finale a tout de même permis de sauver un peu les apparences), la star de la sélection, Cédric Bakambu, a fait le bilan de la compétition ce lundi dans une interview accordée à So Foot. Et pour l’attaquant du Beijing Guoan, pas de doutes, il faut se séparer du sélectionneur Florent Ibenge pour repartir de l’avant. Ces derniers jours, le nom de Claude Makelele circule notamment pour remplacer le technicien, annoncé sur la sellette.

«Je pense que l’équipe arrive à la fin d’un cycle et maintenant, l’important va être de savoir réagir en rectifiant rapidement les choses parce qu’il faudra être prêt pour les prochaines échéances qui vont arriver très vite», a commencé par affirmer l’ancien Sochalien, avant de lâcher : «Lorsqu’un joueur est mauvais, on le remplace. Je pense qu’il devrait en être de même à tous les niveaux, que ce soit pour les entraîneurs ou pour les responsables de la Fédération. Le football de haut niveau réclame de l’exigence à tous les niveaux, avec des remises en question à tous les postes. Et aujourd’hui, à titre personnel, je pense que Florent Ibenge n’est plus l’homme de la situation, même si je n’oublie pas qu’il a fait du très bon travail à la tête de la sélection.»

Bakambu a lui-même démarché les binationaux

Le Léopard a ensuite développé son point de vue. «Lorsqu’il a été nommé, l’équipe était au plus bas et il l’a menée à la troisième place de la CAN en 2015, puis en quarts en 2017. Mais aujourd’hui, la sélection ne progresse plus. Pour passer un cap, je pense que nous devons renouveler le staff. À sa décharge, il faut aussi dire que Florent Ibenge n’a pas été aidé, dans le sens où il n’a pas forcément été mis dans les meilleures conditions. En plus de la sélection nationale, il doit s’occuper de son club, l’AS Vita, qu’il entraîne également. Donc, il manque de temps. Je lui ai déjà demandé pourquoi il ne venait pas nous voir jouer dans nos clubs respectifs. Il m’a répondu qu’il n’avait pas le temps, et que ce n’était pas lui qui décidait, mais les instances», a poursuivi Bakambu avant d’expliquer qu’il a réalisé ces dernières années plusieurs missions normalement dévolues au sélectionneur.

«Normalement, cela ne devrait pas être à moi de démarcher les binationaux pour qu’ils rejoignent la sélection comme je l’ai fait avec Arthur Masuaku, Gaël Kakuta, Giannelli Imbula ou même Steven Nzonzi. Au niveau de la Fédération, il faut vraiment que des mesures soient prises pour qu’on puisse avancer tous ensemble», a conclu l’ancien buteur de Villarreal. Au-delà du cas Ibenge, Bakambu attend donc des changements au niveau de la Fédération où le président Constant Omari est de plus en plus contesté. Un message particulièrement fort. Reste à savoir s’il sera entendu…

Sur le même sujet : Bakambu se prononce sur la piste Makelele