Retenu pour la tournée de pré-saison américaine de Manchester City, Kelechi Iheanacho a tapé dans l’œil de bon nombre d’observateurs. Buteur lors des deux sorties des Citizens, le tout jeune attaquant nigérian a marqué des points aux yeux de son manager.


« Il a tout juste 17 ans et il sera un joueur très important pour nous dans le futur. Il a démontré aujourd’hui de quoi il est capable à l’avenir. Cela dépend de la façon dont il aborde cette profession mais je pense que c’est un grand talent. » Ce talent dont parle Manuel Pellegrini, l’entraîneur de Manchester City, c’est Kelechi Iheanacho. Du haut de son 1m85, le jeune Nigérian est en train de marquer les esprits chez les Citizens, actuellement en pleine tournée aux Etats-Unis.

Buteur lors des deux sorties des Skyblues contre Kansas City (4-1) et dans la nuit de dimanche à lundi face à l’AC Milan (5-1), le joueur formé à la Taye Academy a confirmé le potentiel qu’il a laissé entrevoir lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans, remportée aux Emirats Arabes Unis devant le Mexique en novembre 2013. Auteur de six buts et sept passes décisives en sept matchs, il a marqué la compétition de son empreinte, raflant au passage les trophées de Soulier d’Argent en tant que 2e meilleur buteur et le Ballon d’Or comme le meilleur joueur.

Repéré par City qui décèle là son talent, Iheanacho signe un pré-contrat dans la foulée avec les pensionnaires de l’Etihad Stadium, tout comme son compatriote Chidiebere Nwakali. N’étant pas encore majeur, il ne peut toutefois pas encore rejoindre le champion d’Angleterre et doit attendre de souffler sa 18e bougie avant de parapher un bail digne de ce nom avec le club où évolue Yaya Touré. Mais même après cela, tous les problèmes ne seront pas encore résolus.

Et pour cause, le gaucher devra encore attendre de savoir s’il obtient ou non le fameux permis de travail de la part des autorités britanniques, indispensable pour pouvoir évoluer sous les couleurs de City. A l’instar de Bertrand Traoré (Burkina Faso) et Kenneth Omeruo (Nigeria), avant lui, tous les deux sociétaires de Chelsea qui ont connu pareille situation, il devrait d’abord être prêté à l’étranger, le temps que l’administration anglaise lui accorde le précieux sésame… avant de revenir par la grande porte pour tenter de s’imposer au sein d’un effectif pléthorique.