La CAF a annoncé lundi la suspension du gardien de but tunisien Chokri El Ouaer. Le joueur de l’Espérance de Tunis accusé de simulation de blessure ne pourra participer à aucune compétition interclubs d’ici à la fin de l’année.


Le gardien de but international tunisien, Chokri El Ouaer, a été suspendu pour un an par la Confédération africaine de football (CAF). Il est accusé d’avoir simulé une blessure à la tête lors de la finale retour de la Ligue des champions d’Afrique, le 17 décembre 2000 à Accra.

La police réprimait des incidents entre les supporteurs de l’Espérance de Tunis et ceux des Hearts of Oaek du Ghana lorsque Chokri El Ouaer s’est effondré. Tous les médias ont repris l’image du gardien de but à terre, la tête ensanglantée. El Ouaer avait alors prétendu avoir été blessé par un projectile lancé par un supporteur ghanéen.

L’arbitre-assistant et d’autres témoins ont cependant affirmé que le joueur s’était fait lui-même cette blessure à l’aide d’un objet contondant lancé des tribunes par un spectateur tunisien. Chokri El Ouaer souhaitait donner un avantage technique à son équipe qui menait 1 à 0. L’Espérance s’est finalement inclinée 3 à 1 face aux Ghanéens.

Un barème de sanctions pour la CAF

La Commission d’organisation des compétitions interclubs, dépendante de la CAF, s’est réunie pour décider de l’ampleur de la sanction à infliger au gardien tunisien. De nombreux professionnels du football pensaient qu’il serait définitivement suspendu, mais la CAF n’a pas été si sévère.

 » La CAF possède une sorte de barème, avec des sanctions différentes suivant l’importance des méfaits commis par les joueurs « , explique un membre de la Confédération.  » Par exemple, si un joueur crache sur l’arbitre, il est suspendu pour quatre matchs. Dans le cas de Chokri El Ouaer, la suspension dure un an à compter de la date du match, et ne concerne que les compétitions interclubs.  » L’Espérance de Tunis a jusqu’au 20 février pour trouver un remplaçant à leur gardien de but pour la Ligue des champions 2001.