Les Lions Indomptables du Cameroun sont rentrés de la Coupe du monde sud-africaine la queue entre les pattes. Dans un groupe qui semblait à leur portée (Danemark, Japon, Pays-Bas), les hommes de Paul Le Guen ont été incapables de se qualifier. La faute en revient à une préparation bâclée et des problèmes avant le début de la compétition, assure le vice-président de la Fécafoot. « Personnellement je crois que les problèmes de l’équipe nationale du Cameroun partent du match amical livré à Klagenfurt contre l’Autriche. Pour moi, les problèmes ont commencé à faire jour suite à la mauvaise gestion du capitanat. Le passage de témoin entre Rigobert Song Bahanag et Samuel Eto’o Fils a été mal vécu par les uns et les autres et voilà le départ des problèmes de l’équipe nationale, a-t-il expliqué sur une radio locale. À partir de là des clans se sont formés de manière souterraine sans que les dirigeants que nous sommes puissent le percevoir tout de suite. Les clans se sont formés les uns contre les autres. Résultat des courses, quand nous arrivons en Afrique du sud le fruit est tellement mur. Jusque là, les dirigeants n’arrivent pas à percevoir ce qui se passe au sein de l’équipe. Tout le monde nous dit que tout va bien. On interroge n’importe quel joueur pour entendre que tout va bien, mais c’est à la pratique, sur le terrain que nous constatons que nous n’avons pas une équipe mais une sélection. L’équipe a été désorganisée à la suite du passage du capitanat. Après, il fallait solder l’Afrique du Sud. D’autres équipes nationales l’ont fait à leur manière. »