Pays-hôte de la CAN 2019, le Cameroun est confronté à un véritable chamboulement puisque le mois dernier, la CAF a entériné le passage de 16 à 24 qualifiés dès cet édition. Du coup, il faudra plus que les quatre stades prévus initialement. « En attendant le nouveau cahier de charges de la Confédération Africaine de Football qui prescrit de nouvelles orientations, les autorités de Yaoundé prennent des mesures adéquates« , explique la CAF.

« L’on apprend notamment que trois autres sites de compétition vont s’ajouter aux quatre prévus initialement, Pour un total de sept, répartis comme suit : deux à Yaoundé, la capitale politique, deux à Douala, la métropole économique, un à Bafoussam situé dans la région de l’Ouest, un autre à Limbe dans le Sud-ouest, et un dernier du côté de Garoua dans le Nord du pays. » Problème : le Cameroun accuse déjà des retards dans la réalisation des infrastructures pour une CAN à 16. La visite d’inspection de la CAF à partir du 20 août s’annonce déterminante…