Accusé par Neymar d’avoir proféré des insultes racistes à l’occasion du Clasico entre le PSG et l’OM (0-1) le 13 septembre, le défenseur central marseillais Alvaro Gonzalez peut compter sur le soutien de son ancien coéquipier à Villarreal, Karl Toko Ekambi. Désormais à Lyon, l’attaquant vient de prendre la parole pour aller dans le sens de l’Espagnol.

«On en parle beaucoup en France. Mes coéquipiers m’interrogent sur Alvaro et je leur dis que c’est quelqu’un de bien», a assuré l’international camerounais pour le journal Marca. «A aucun moment, il n’a prononcé un mot raciste. Je suis noir et il n’a jamais souligné la couleur de peau de chacun. Alvaro a été l’un des premiers à qui j’ai parlé, il m’a toujours transmis sa bonne humeur, il essayait de me parler en français pour m’aider à m’adapter et il m’apprenait l’espagnol. S’il a dit quelque chose, je suis sûr que ce n’est pas raciste. Alvaro n’est pas comme ça.»

Pour rappel, ce dossier a été placé en instruction par la LFP qui pourrait recourir à un expert en lecture labiale afin de déterminer le contenu de l’échange entre les deux hommes.