En ce jour d’ouverture de la CAN 2019, Afrik-Foot.com fait le point sur les principaux favoris à la victoire finale et sur les challengers qui pourraient créer la surprise. Plus un pays possède de symbole ?, plus nous le considérons comme susceptible d’aller au bout.

Egypte ?????

Détenteurs du record de sacres dans la compétition (7), les Pharaons n’envisagent évidemment qu’une issue : décrocher une 8e couronne à la maison. Entre la présence de la superstar Mohamed Salah, capable de changer le cours d’un match à tout moment, la ferveur populaire et le très probable «arbitrage maison» (VAR ou pas), les Egyptiens ont de sérieux motifs d’optimisme, eux qui ont soulevé le trophée 3 fois lors des 4 CAN organisées à la maison.

Par rapport au Mondial, disputé sous les ordres d’Hector Cuper, les Pharaons version Javier Aguirre se montrent beaucoup plus joueurs, eux qui ont inscrit pas moins de 16 buts durant des éliminatoires qu’ils ont joués à fond puisqu’ils ont validé leur qualification dès le mois d’octobre, à une époque où la phase finale était encore censée se dérouler au Cameroun… Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Sénégal ????

Sadio Mané, Kalidou Koulibaly, Idrissa Gueye, Ismaila Sarr… Sur le papier, les Lions possèdent des joueurs que leur envieraient toutes les autres sélections. Après des éliminatoires survolés haut la main, reste à confirmer ce statut de favori (dont ne veut pas entendre parler le sélectionneur Aliou Cissé) en phase finale. C’est justement là où le bât blesse ces dernières années avec une élimination en quarts de finale de la précédente édition (aux tirs au but face au Cameroun) et en phase de poules du Mondial. Voici venu le bon moment pour franchir un cap et décrocher enfin ce premier titre continental tant désiré. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Maroc ????

Après un Mondial de bonne facture et des qualifications globalement bien menées, les Lions de l’Atlas version Hervé Renard semblent arriver à maturité et cette CAN va sans doute marquer la fin d’un cycle. Raison de plus pour tenter d’aller au bout de ce tournoi. Revanchards après des matchs de préparation inquiétants (deux défaites à domicile contre la Gambie et la Zambie), les coéquipiers de Mehdi Benatia pourront compter sur leur solidité défensive et la créativité de magiciens comme Ziyech et Boufal. Seul le manque de finisseur continue pour l’instant de poser problème. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Nigeria ???

Pas passés loin d’une qualification en 8es de finale du Mondial l’année passée, les Super Eagles n’ont pas beaucoup changé depuis. Seul Victor Moses a pris sa retraite internationale, tandis que John Obi Mikel a signé son grand retour après avoir manqué les qualifications. Ce mélange entre expérience et jeunesse (Chukwueze de Villarreal, Victor Osimhen de Charleroi, Onyekuru de Galatasaray) pourrait faire des étincelles, surtout que Gernot Rohr possède en Odion Ighalo le meilleur buteur des éliminatoires de cette CAN (7 buts). De retour à la CAN après avoir manqué les deux éditions qui ont suivi leur sacre de 2013, les Nigérians voudront forcément marquer le coup… Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Tunisie ???

Qualifiés pour une 14e CAN consécutive, les Aigles de Carthage brillent par leur régularité. Pour le meilleur et pour le pire, puisqu’ils ne parviennent plus à dépasser le stade des quarts de finale depuis leur sacre de 2004. Malgré un effectif de qualité mais dépourvu de véritable star (sans faire offense à Khazri ni Msakni, encore loin de son meilleur niveau suite à sa blessure), pas sûr que les Tunisiens parviennent à dépasser ce plafond de verre. En tout cas, l’excellente préparation de la bande à Alain Giresse (3 victoires dont une face au vice-champion du monde croate) l’aidera à arriver en confiance. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Algérie ???

Très souvent classés parmi les favoris ces dernières années, les Fennecs ont beaucoup déçu. Et si cette année, où l’on attend moins d’eux, était la bonne ? Le vent de fraîcheur amené par le sélectionneur Djamel Belmadi constitue en tout cas un motif d’espoir pour un effectif qui compte tout de même des joueurs de la trempe de Mahrez, Brahimi et Feghouli, sans oublier Atal, très attendu après son incroyable saison avec Nice, et Delort, invité de dernière minute qui a fêté sa première cape par un but et qui promet d’apporter toute sa grinta. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Côte d’Ivoire ???

Au fond du trou après l’élimination au premier tour de la CAN 2017 puis la non-qualification pour le Mondial 2018, les Eléphants ont commencé à remonter la pente sous la houlette du local Ibrahim Kamara. Malgré un effectif de premier plan, notamment sur les ailes (Pépé, Zaha, Gradel, Cornet; Gervinho n’a, lui, pas été rappelé), l’ensemble reste fragile et il faudra parvenir à pallier l’absence du patron de la défense, Eric Bailly, forfait pour cette CAN. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Ghana ??

Il faut toujours se méfier des Black Stars mais, très clairement, le Ghana semble cette année dans un creux générationnel. Alors que Gyan et André Ayew ne sont plus au même niveau qu’il y a quelques saisons, Thomas Partey tentera de prouver que son pays, qualifié dans un groupe très abordable et tronqué par la disqualification de la Sierra Leone, fait encore partie du top continental. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Cameroun ??

Beaucoup de choses ont changé pour le tenant du titre en deux ans et demi et les héros de la finale 2017, Nkoulou et Aboubakar, ne seront pas là cette fois. Globalement, malgré un match encourageant face au Brésil en novembre dernier (défaite 1-0), la patte Clarence Seedorf tarde à se faire ressentir. Avec Choupo-Moting, Onana, Bassogog (qui peine à confirmer son statut de meilleur joueur de la CAN 2017) ou encore Njie, les Lions Indomptables possèdent quelques individualités intéressantes, mais de là à atteindre le dernier carré… Surtout qu’une nouvelle affaire de primes vient d’éclater… Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Guinée ?

Absent de la précédente édition, le Syli National possède de solides atouts à faire valoir pour espérer dépasser enfin l’écueil des quarts de finale. Menée par sa star Naby Keita, bel et bien apte, cette sélection est bâtie sur la victoire fondatrice de juin 2017 sur le terrain de la Côte d’Ivoire lors de la 1ère journée des qualifications (3-2). La Guinée propose un mélange intéressant entre éléments d’expérience comme Ibrahima Traoré et des binationaux qui l’ont rejoint plus ou moins récemment à l’image de Seka, Falette ou encore de l’ancien international suédois Mikael Dyrestam. Prometteur donc, à condition de prouver que la phase de préparation inquiétante (3 défaites) n’était qu’un accident. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

Mali ?

Avec Samassékou, Haidara, Djenepo, Youssouf Koné ou encore le tout jeune Sekou Koita (18 ans), qui va enchaîner Mondial U20 et CAN, le Mali possède une jeune génération pétrie de talent et guidée par Marega, qui sort d’une saison pleine avec Porto. On peut penser que cette CAN arrive un peu tôt pour ce groupe prometteur, mais attention car les Aigles ont prouvé durant les éliminatoires (1ers d’un groupe relevé devant le Burundi et le Gabon) qu’ils ne sont pas seulement là pour apprendre. Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.

RDC ?

En perte de vitesse ces dernières années et qualifiés dans la douleur, les Léopards ne sont pas forcément très attendus, mais il faudra tout de même se méfier d’eux, dont le dernier sacre à la CAN a justement eu lieu en Egypte (en 1974) et qui possèdent en Cédric Bakambu l’une des plus fines gâchettes du continent. Avant de rêver, il faudra déjà sortir d’un groupe piège avec, outre l’Egypte, le Zimbabwe et l’Ouganda. Deux sélections qui feront payer le moindre relâchement des Congolais au prix fort… Pour découvrir leur effectif dans le détail, cliquez ici.