Zéro sur deux. Les deux équipes africaines engagées mardi dans les huitièmes de finale du Mondial des moins de 20 ans ont toutes les deux été éliminées. En effet le Cameroun et l’Egypte ont dû subir la loi respectivement du Mexique et de l’Argentine, à chaque fois sur une histoire de penalties. Le Nigeria, opposé à l’Angleterre ce mercredi, représente désormais la dernière chance du continent africain d’accéder aux quarts de finale de la compétition.


La chance n’a pas souri. Même s’ils n’ont pas démérité dans leur rencontres respectives face au Mexique et à l’Argentine, le Cameroun et le Mexique sont passés à la trappe mardi dans le Mondial des moins de 20 ans en Colombie, avec à chaque fois une histoire de penalties. Les Lionceaux ont en effet échoué aux tirs au but face aux Mexicains tandis que les jeunes Pharaons, qui vont regretter longtemps leur maladresse devant la cage adverse, se sont fait fait éliminer sur deux buts inscrits sur penalty.

Le Cameroun s’est incliné sur une rencontre riche en suspense. Les premières occasions du match sont d’ailleurs en faveur des Lionceaux, avec notamment une tête de Banana Yaya sur corner, directement dans les gants de Jose Rodriguez (3e) et quelques frappes de loin, mais qui n’inquiètent pas le portier aztèque. Jean Efala passe un quart d’heure sans toucher le ballon mais est tout proche d’encaisser le premier but. Sur une superbe action côté droit, Alan Pulido élimine deux défenseurs et file au but, mais son extérieur du droit finit sur l’angle des montants (13e). Il est encore à la finition d’une contre-attaque initiée à gauche de la défense, passée par l’aile droite et concrétisée par un centre parfait de Carlos Orrantia, mais cette fois le cuir rase le montant droit africain (18e). Le Cameroun, plutôt dominateur dans le jeu, est tout près d’être récompensé d’abord par un centre d’Ambroise Oyongo de la gauche que Roriguez va cueillir dans les pieds de Franck Ohandza (22e), puis par une lourde frappe d’Eric Nyatchou, cette fois repoussée en corner par le dernier rempart mexicain (30e). La fin de première période sera d’ailleurs à l’avantage des centre-Américains, notamment grâce à l’intenable Orrantia qui adresse un caviar à Taufic Guarch, sauvé par Efala (36e). L’action provoque une énorme colère du portier des Lionceaux qui reproche violemment son placement à Idriss Nguessi. Il retrouvera son calme juste avant la pause pour boxer en corner un puissant coup franc de Diego De Buen (45e+1).

Le but splendide d’Ohandza n’aura pas suffi

La seconde période démarre sur la même action : une frappe lourde de De Buen, mais cette fois au ras du poteau gauche d’Efala (48e). La réponse camerounaise est signée Christ Mbondi, qui, servi dans le dos de la défense par Hervé Mbega, se présente seul face à Rodriguez mais le gardien mexicain bloque son tir (53e). Guarch, lui, a fait les frais de son inefficacité au retour des vestiaires, et a cédé  sa place à Erick Torres, qui se signale surtout par ses positions de hors-jeu. A l’image de l’attaquant mexicain, les deux équipes ont perdu leur inspiration et la peur de perdre semble prendre le pas sur l’envie de gagner. En bon capitaine, Jorge Enriquez tente de remettre El Tri sur la bonne voie, mais sa frappe de près dans la surface est déviée en corner par une jambe camerounaise (74e). La chance semble avoir choisi son camp et sur une superbe passe lobée de Mbondi, Ohandza réalise le contrôle parfait. Sa frappe enchaînée va se loger dans la lucarne de Rodriguez et fait exploser de joie le banc camerounais (79e, 1-0). Mais il se rassoit rapidement… Le remplaçant Marvin Piñon délivre un long ballon de la gauche au second poteau que seul Orrantia a vu venir. Le milieu des Pumas tend la jambe et glisse le cuir entre les jambes d’Efala (81e, 1-1). Les deux équipes se montreront inoffensives jusqu’au coup de sifflet de final. Aucun but ne sera marqué pendant la prolongation et c’est donc au cours de la séance des tirs au but que se joue la place en quart de finale. Les Mexicains se montrent les plus adroits, et Jose Rodriguez, en sauvant une tentative, renvoient les Camerounais à la maison.

Les Égyptiens ont connu le même sort. Pourtant les jeunes Pharaons, très convaincants jusqu’alors dans la compétition, avaient toutes les chances de passer face à des Argentins dont le niveau de jeu n’a pas atteint des sommets au premier tour. D’autant que les Africains se mettent les premiers en évidence dans ce huitième de finale. Omar Gaber délivre une frappe des 22 mètres (4e), qui ne met toutefois pas en danger Estaban Andrada, le portier argentin. Les Albicelestes répondent par un coup franc enroulé des 18 mètres d’Erik Lamela, juste au-dessus (20e). Cette fois sur corner, Facundo Fereyra s’élève et envoie une belle tête qui heurte le poteau d’Ahmed Elshenawi (26e). Les joueurs d’El Sayed Diaa se reprennent cependant. Mohamed Salah tente sa chance de loin, sans succès (31e), puis Ahmed Hegazi déborde à droite mais Andrada se détend bien pour capter son centre à ras de terre (32e). Salah, l’une des révélations du premier tour, se fend d’une jolie remise à l’entrée de la surface pour Mohamed El Neny, dont le tir est repoussé par Andrada (34e). Les Égyptiens semblent avoir pris le match en main mais les Argentins sont excellents lorsqu’il s’agit d’endormir leurs adversaires. Sur une action a priori anodine, Carlos Luque s’enfonce dans la surface et est séché. M. Strombergsson donne un penalty que Lamela transforme, malgré le quasi arrêt d’Elshenawi (42e, 1-0).

La défense argentine plie mais ne rompt pas

Après la pause, les Egyptiens poussent. Pendant un quart d’heure, ils attaquent sans relâche mais sont imprécis à la finition. Ils se procurent tout de même une grosse occasion quand sur une louche, Mohamed Ibrahim est seul face à Andrada. Mais le buteur de Zamalek écrase son tir (62e). Comme souvent, le match bascule dans la minute qui suit. Luque part en contre à cent à l’heure et Gaber l’accroche. Nouveau penalty. Cette fois Lamela projette le cuir en pleine lucarne (64e, 2-0). Le match semble plié, d’autant que les Africains s’énervent. Mais tout est relancé lorsque Mohamed Abdel Fatah est bousculé dans la surface. Salah transforme, tout redevient possible (2-1, 70e). Le match se tend, les Pharaons attaquent de tous côtés, l’Albiceleste s’arc-boute. Un tir violent de Mohamed Hamdy est superbement détourné par Andrada. Sur le corner, la tête d’Ahmed Hegazi n’est pas cadrée (79e). Juan Iturbe, entré en jeu, se créé deux énormes occasions pour finir, mais l’attaquant du FC Porto manque deux fois le cadre (85e et 89e). Après une dernière tentative, repoussée sur sa ligne par Leonel Galeano (90e +5), les Egyptiens doivent s’incliner. Tous les espoirs du continent africain reposent désormais sur le Nigeria, qui défie l’Angleterre ce mercredi.