Secouée par une affaire de racket de primes concernant les membres du staff technique, la sélection guinéenne a vécu une CAN 2019 agitée. Dans un direct sur Instagram avec le site Foot224, l’ailier François Kamano a expliqué que ce n’est pas le seul problème qui a miné le Syli National. Le joueur de Bordeaux dénonce l’existence de clans au sein de la sélection et a pointé du doigt l’attitude du défenseur central Simon Falette, qui l’accuse de l’avoir agressé durant le stage de préparation à Marrakech.

Tout aurait commencé par des remarques de Kamano que Falette aurait mal pris à l’entraînement. Mais l’incident a pris une toute autre ampleur une fois rentré à l’hôtel. «Je suis rentré dans la chambre. Le temps que la porte se referme derrière moi, il est rentré, il a claqué la porte et il a commencé à dire : ‘Ouais, T’a dit quoi ? ‘ Après il s’est jeté sur moi. Moi je me suis dit : ‘Qu’est-ce que tu racontes ? Pourquoi tu es dans ma chambre ?’ Il s’est jeté sur moi. On a commencé à se battre et tout. Après ils ont ouvert la porte. C’est un peu ça la situation», a raconté Kamano, qui a un temps songé à quitter le rassemblement avant d’être convaincu de rester.

Kamano en veut à Traoré

Comme entendu ces dernières années, l’ancien Bastiais déplore l’existence de clans au sein du groupe. «Je pense qu’il y a eu des gens qui lui ont monté la tête (à Falette) parce qu’il était avec les Traoré ( Ibrahima, ndlr). Aujourd’hui, je cite son nom. Mais je pense qu’il n’a pas été responsable par rapport à ça. Après sur toute la CAN, il (Traoré) a été irréprochable je pense. Mais sur la partie, je pense qu’il a joué un sale rôle dans cette bagarre. Parce qu’ils étaient ensemble. Lui, Baïss (Sankoh), Simon, Fodé Koïta, ils étaient tous ensemble derrière dans le bus.» Kamano en veut tout de même à Traoré : «Je pense que oui (je lui en veux) parce qu’il savait peut-être que Simon avait préparé quelque chose contre moi. En tant que capitaine, il pouvait dire ‘François il y a ceci, il y a cela’. Mais ils sont venus ensemble, après ils ont fait semblant, ça se voyait.»

Voilà pour la version de Kamano. Falette et Traoré vont donner la leur ce dimanche, eux qui sont attendus pour des directs sur Instagram.