Les Aigles de Carthage passent un premier test, ce mercredi face à la Zambie, désireuse de faire mieux que lors des deux précédentes éditions. Éliminée de la Coupe du monde, la Tunisie voudra prendre la CAN par le bon bout. Zambie-Tunisie en direct


Dans ce groupe D qui semble promis aux Lions Indomptables camerounais, la Tunisie a une carte à jouer. Mais, sur la route des quarts, se dressent deux obstacles: la Zambie et le Gabon. Le premier adversaires des Aigles de Carthage ne paraît pas être un gros morceau. Et pourtant…

Ténor du football continental dans les années quatre-vingt-dix, la Zambie (troisième en 90 et 96, finaliste en 94, quart de finaliste en 92…) est depuis rentrée dans le rang. Mais les hommes d’Hervé Renard, le coach français des Chipolopolos, ne désespèrent pas de retrouver leur lustre d’antan. Et ça passe par jouer un mauvais tour aux Tunisiens.

Une défense solide

Pour cela, la Zambie peut s’appuyer sur une défense très solide, à défaut d’attaquants vraiment fringants. Ainsi, en 2009 elle n’a encaissé que 13 buts en 18 rencontres, grâce à l’apport de l’excellent gardien des Free State Stars, Kennedy Mweene et de quelques joueurs d’expérience comme Joseph Musonda ou Francis Kasonde, qui évolue cette saison au Sultanat d’Oman. Bref, pas de grands noms mais une formation solide, difficile à bouger.

Mais, en face, les Tunisiens auront à cœur de se rattraper: éliminés piteusement de la course au Mondial, les Aigles n’ont qu’une idée en tête. Faire une bonne CAN pour tenter d’oublier ses déboires. Partir du bon pied, donc, et entamer la compétition par une victoire rassurante. La Tunisie cherchera dès mercredi, contre la Zambie, à effacer le doute dans l’esprit de ses supporters. manque d’efficacité offensive, faiblesse dans le pressing et la récupération, relâchements coupables en défense… la Tunise 2004, champion continental, n’est plus.

Rigueur et concentration

A pied d’œuvre en Angola depuis dimanche, les coéquipiers de Karim Haggui ont d’ailleurs été rappelés à l’ordre par leur sélectionneur. Faouzi Benzarti n’a pas hésité à joindre les actes à la parole, en confisquant téléphones et ordinateurs portables de ses joueurs. Avec un seul mot d’ordre : concentration ! Preuve, si besoin était, que la Tunisie ne prend pas cette compétition à la légère.

À l’image de l’Egypte, la Tunisie ne brille pas forcément par de grosses individualités mais par un collectif bien rodé, emmené par cinq joueurs de l’Etoile du Sahel, championne d‘Afrique des clubs. Pourtant, l’équipe a beaucoup changé depuis le quart de finale perdu en 2008 face au Camroun (2-3 a.p.), puisque seulement sept joueurs ayant joué la dernière CAN sont présents dans la liste de Faouzi Benzerti. Mais, avec un colonne vertébrale qui sent bon la Ligue 1 (Ben Saada, Ragued, Jemaa, Chermiti), les Aigles de Carthage, solides en 2009 (6 buts encaissés en 10 matchs) disposent de quoi atteindre au moins le dernier carré.