oummedour.jpg

Marseillaise sifflée, violences dans les stades, discriminations, racisme, dopage, esprit antisportif sur le terrain et dans les tribunes, corruption … « Aux stades citoyens » dit stop ! Ce projet, lancé par une association française, dont le logo représentant une colombe en dit long, a trois mots d’ordre : exemplarité, communication et expérimentation. Mettre fin aux violences sportives en sensibilisant tous les acteurs du football, tel est l’objectif de Jabar Oumeddour, président de l’association @venir. Un véritable appel au civisme et au respect mutuel dans les stades qui passe par des actions concrètes. La prochaine se déroulera le 15 mai au stade de Nancy.


oummedour.jpg Le sport, en général, et le football, en particulier, attise parfois des sentiments violents entre supporters mais aussi entre joueurs. Cette violence, l’association @venir n’en veut plus. Jabar Oumeddour, initialement éducateur et président de cette association, a monté un projet prometteur : « Aux stades citoyens ». Proche d’une charte alliant respect de l’autre et éthique sportive, cette initiative n’a qu’un seul but : sensibiliser et responsabiliser l’ensemble des acteurs au respect des valeurs sportives et des symboles de la République française. L’instigateur de ce projet revient avec nous sur ses objectifs premiers et sur les actions à venir.

Afrik.com : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Jabar Oumeddour :
Je suis le directeur de l’association @venir, qui est à l’origine du projet « Aux stades citoyens ». Nous avons voulu créer un label de qualité, qui valorise la citoyenneté dans le sport. Lutter contre la violence, le racisme, le dopage, l’esprit anti-sportif fait partie des objectifs que notre projet s’est fixé. L’idée de base du projet est de sensibiliser l’ensemble des acteurs. Nous commençons par le football mais pourquoi ne pas étendre au rugby ou au basket plus tard ? Les joueurs, les entraîneurs, les spectateurs, les arbitres mais aussi les partenaires légitimes du sport en général et du football en particulier, les partenaires institutionnels, associatifs, sportifs et privés… Tous doivent être sensibilisés à cette violence qui a lieu dans les stades. C’est donc un appel au civisme et à l’exemplarité qui a pour slogan : « Au-delà du score, les valeurs du sport ! »

Afrik.com : Quels moyens concrets utilisez-vous pour lutter contre cette violence ?

Jabar Oumeddour :
Le football est constitué de différentes strates. La plus haute est celle de l’équipe de France. L’idée première est donc de sensibiliser et de responsabiliser les acteurs de toutes ces strates, à tous les niveaux. Nous voulons divulguer un message de fraternité et de respect mutuel entre les peuples. Au niveau des actions concrètes, donc, nous avons proposé à l’équipe de France de diffuser le logo de « Aux stades citoyens » en les portant sur leur maillot. Cela parait primordial à l’aube de la première Coupe du monde se jouant en Afrique. Le logo représente à la fois un joueur avec son ballon et une colombe en signe de paix. L’équipe de France est un idéal pour tous les amateurs de football. Il faut qu’elle montre l’exemple en portant ces logos. L’idée est également de mettre en place des protocoles qui n’ont, pour l’instant, lieu qu’en début de match. A la fin de chaque match, nous aimerions que les équipes aillent saluer le public ensemble, qu’elles se rapprochent du public mais aussi que tous les joueurs se saluent mutuellement. Nous voulons avant tout faire passer un message de sympathie. Et, avant tout, nous voulons être visibles. Visibles sur les maillots des joueurs, ceux de l’équipe de France mais aussi de toutes les équipes amateurs, visibles sur les stades grâce à des projections d’images virtuelles ou même sur la pelouse. Le Barça a déjà fait ça sur la pelouse. Plus on rappelle le message, plus il va se graver dans la tête de tout le monde. Il faut faire du martelage pour être efficace. Nous avons donc trois mots d’ordre : exemplarité, visibilité de l’action et protocole de début et de fin de match.

Afrik.com : Depuis quand montez-vous ce projet ?

Jabar Oumeddour :
Nous avons présenté le projet pour la première fois le 1er décembre 2008. Ceci à la suite des sifflets qui ont accueilli la Marseillaise au début du match amical France-Tunisie. Nous l’avons présenté à la commission « Respect dans les stades », présidée par Dominique Rocheteau, par ailleurs président de l’éthique à la FFF. Maintenant, on commence à mettre en place des actions.

Afrik.com : Quelles sont ces actions ?

Jabar Oumeddour :
Nous en avons plusieurs et elles visent toutes à réunir les acteurs du football autour d’un même projet. Le principal parrain de notre association est Abdeslam Ouaddou, joueur pro à l’AS Nancy Lorraine et international marocain. Il a été victime d’insultes racistes sur le stade, à plusieurs reprises. Le deuxième parrain est Gennaro Bracigliano, capitaine de l’AS Nancy Lorraine. D’un point de vue exemplarité, il est irréprochable, c’est vraiment pour cela que nous tenions à ce qu’il soit le parrain de notre projet. C’est un véritable modèle pour tous. Mais on espère avoir beaucoup plus de parrains dans les temps à venir. Pour les actions, nous en avons une à venir le 15 mai. Cela se passera sur le stade de Nancy, à Marcel-Picot. Le club de Valenciennes va porter notre logo « Aux stades citoyens ! » sur ses maillots. Ensuite, nous allons labeliser des clubs de foot amateurs, qui comptent près de 420 licenciés et pas moins de 57 nationalités ! Enfin, nous avons proposé à l’Etat français de faire graver notre logo, la colombe, dans une plaque de bronze afin de l’offrir aux Sud-Africains comme symbole de paix et de refus du racisme sous laquelle doit se dérouler cette Coupe du monde. C’est une idée qui a plu. Nous espérons que cela pourra se faire.

Plus d’informations:

 Le site de « Aux stades citoyens! »