«Tant que cette équipe aura à sa tête un sélectionneur comme Aliou Cissé, elle n’ira nulle part. Elle ne progressera jamais.» Réputée pour son franc-parler, l’icône sénégalaise El-Hadji Diouf n’hésitait pas à égratigner son ancien coéquipier devenu sélectionneur dans des propos qui datent d’il y a seulement 9 mois.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts grâce au beau parcours de Sadio Mané et de sa bande qui sont parvenus à faire tomber une barrière psychologique en se qualifiant pour une première demi-finale de CAN depuis 13 ans, puis ensuite pour la seconde finale de CAN de l’histoire du pays, la première depuis 17 ans !

Même El-Hadji Diouf prône l’union sacrée

Désormais, il s’agit pour les Lions de venger la génération 2002, battue en finale par le Cameroun (0-0, 2-3 tab) lorsque Cissé était encore joueur et avait raté son tir au but ce jour-là. Et pour mener à bien leur mission, les coéquipiers de Kalidou Koulibaly, suspendu pour la finale, peuvent compter sur le soutien des héros de 2002, à commencer par Diouf, qui a mis de l’eau dans son vin et qui est désormais le premier à clamer l’union sacrée.

«On doit continuer cette union sacrée derrière l’équipe, que tout le Sénégal reste debout comme un seul homme pour aller chercher ce trophée qui n’est pas très loin. Je l’avais dit dès le début, si on privilégie l’unité autour de l’équipe, tout est possible. J’ai toujours prié pour que mes cadets fassent mieux que moi», a glissé l’ancien Lensois.

La promesse de Cissé

«Les comparaisons sont inévitables. (…) Ce que je veux, c’est qu’on soit champion d’Afrique. Et que cette génération fasse mieux que la mienne ! Pour ma part, il n’y aurait aucune jalousie. Ce serait stupide. Je ne vais pas revenir sur le terrain. Cette équipe est en train d’écrire son histoire, qu’elle aille au bout. Ce serait fantastique», a ajouté un autre ancien de 2002, Ferdinand Coly, pour So Foot.

Et puis il y a aussi la promesse de Cissé, qui s’est juré de ramener enfin la CAN au Sénégal, soit comme joueur, soit désormais comme entraîneur. «J’ai tenu les deux promesses que je leur avais faites, les amener en Coupe du monde et les qualifier en finale de la CAN, et ce soir-là, je peux dire : mission accomplie. C’est eux qui viennent de me promettre qu’ils feront mieux que nous», a glissé le technicien après la demie. Pour y parvenir, son équipe comptera sur le soutien de tout un peuple, dont celui des 23 glorieux anciens !