Alors que tout le monde attend le nom du successeur de Vahid Halilhodzic, Jacques Anouma, le président de la fédération ivoirienne de football, s’est expliqué sur le licenciement du technicien bosnien après une CAN décevante.


Qui va succéder à coach Vahid à la tête de la Côte d’Ivoire ? Depuis le limogeage de Vahid Halilhodzic, c’est la question que tout le landerneau footballistique se pose. A moins de 100 jours du Mondial sud-africain, Sven Goran Eriksson, Philippe Troussier voire Bruno Metsu semblent tenir la corde. Mais le choix est entre les mains d’un seul homme : Jacques Anouma, le président de la Fédération ivoirienne de football.

En attendant de prendre sa décision, le boss de la FIF est revenu sur le licenciement de l’ancien coach du PSG, qui se targuait pourtant d’une seule défaite depuis sa nomination en mai 2008. Mais, parlant du parcours du technicien franco-bosnien avec les Eléphants, Jacques Anouma a affirmé au micro de RFI qu’il n’a pas « engagé Vahid Halilhodzic pour ne gagner que des matches amicaux. J’ai engagé Vahid Halilhodzic parce que la CAN pour moi et pour tous les Ivoiriens est plus que primordiale. Je ne l’ai même pas engagé pour qu’on se qualifie pour une CAN. Pour moi, c’est une équipe qui, traditionnellement, participe à toutes les CAN. Donc, vu le potentiel que j’ai, je devrais avoir un autre résultat. »

« Moins bien que ses prédécesseurs »

Pas de CAN et une régression au niveau africain, « Vahid a fait moins bien que ses prédécesseurs ». Et même s’il a apporté « au niveau de la discipline, de la rigueur, cette discipline ne doit pas être seulement qu’à la mise au vert, dans le comportement de tous les jours. Cette discipline, on doit aussi la retrouver sur le terrain. Or sur le terrain, il y avait trop d’individualisme », a-t-il reconnu.

D’ailleurs, au terme d’une CAN décevante, terminée sur une triste défaite en quarts de finale face à l’Algérie (3-2). Un match où, selon Anouma, « quelque chose s’est cassé. Après donc consultations de plusieurs personnes et même des joueurs, l’atmosphère n’était peut- être plus bonne pour qu’il continue sa mission au plan sportif. » Reste maintenant à trouver un successeur à Halilhodzic. Réponse, a priori, dans les jours qui suivent.